Nous sommes le Jeu Déc 12, 2019 7:08 pm
(UTC - 5 heures )

Suivre le Domaine Bleu sur Twitter





 

 



Répondre au sujet  [ 91 messages ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Auteur Message
 MessagePublié: Mar Juin 09, 2009 4:06 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Le premier clip d'Ycare (Nouvelle Star 2008)

Il était l'un des candidats marquants du télé-crochet de M6 l'année dernière (souvenez-vous de sa reprise de

Bang-Bang). Ycare sort son premier single, Allison, prémice d'un album, Au bord du monde, à sortir le 29 juin chez Jive/Epic. Nouvelle Star 2008 se révéle donc une année assez prolifique pour les candidats. Ils sont trois à ce jour à avoir enregistré un album avec une grande maison de disques : la gagnante Amandine Bourgeois, son finaliste Benjamin Siksou et enfin Ycare.



Nous vous proposons de découvrir le premier clip d'Ycare, Allison :
http://nouvelle-star.programme-tv.net/n ... ip-ycare/#
Haut
Image

 MessagePublié: Mar Juin 09, 2009 6:13 pm 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 07 Jan 2009
Ouais c'est Soan le grand gagnant.
Je l'avais souhaité dès le début.
Haut

 MessagePublié: Jeu Juin 25, 2009 5:40 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Tigane en interview
Tigane sort son premier album intitulé "Hédonisme". Deux ans après avoir été finaliste de "Nouvelle Star" face à Julien Doré, le jeune chanteur est ainsi de retour sur le devant de la scène. Son opus permet de découvrir son talent dans des chansons faites sur mesure et qui se montrent très réussies. Tigane nous parle d'"Hédonisme" mais aussi de son parcours. Interview.
Bonjour Tigane, pourquoi as-tu appelé ce premier album "Hédonisme" ? (Nikolas Lenoir, journaliste) ?
Tigane : Je cherchais un titre pour l’album et je ne trouvais pas. C’est vraiment difficile de trouver le nom juste que l’on veut donner à un disque. Le mot "Hédonisme" a été un déclic car il signifie aimer le plaisir. Cela correspond pleinement à la tonalité de l’album car il véhicule des messages positifs. Ce disque me ressemble vraiment car je suis quelqu’un qui aime se faire plaisir.

Tu es monté la première fois sur scène à l’âge de onze ans. Comment est né ce parcours aussi précoce ?
Ce n’est pas un choix. Il y avait un studio d’enregistrement dans ma ville de Canteleu. On me disait que je chantais bien, que je devais y aller et j’ai donc commencé à fréquenter ce studio. On m’en ensuite proposé de monter sur scène pour la fête de la musique et depuis, j’ai toujours continué. Cette première scène a été un déclic.

Qu’est-ce-qui t’a ensuite motivé à monter sur la scène du Pavillon Baltard ?

Le fait que ce soit un tremplin formidable m’a beaucoup motivé. Une telle vitrine est intéressante pour un artiste qui débute. C’est une émission dans laquelle il y a des vrais talents. J’étais un débutant en commençant cette aventure et j’y ai appris beaucoup de choses.

Tu as sorti "Angélique" il y a quelques mois. Pourquoi avoir diffusé ce titre alors que le premier single de l’album est "Le temps d’une chanson" ?
Je vais être sincère. Ce n’était pas un choix venant de ma part. Il y a eu beaucoup de discussions avec la maison de disques et nous avons finalement décidé de ne mettre cette chanson que sur iTunes. Je voulais changer de single et je suis très content de faire découvrir mon album avec "Le temps d’une chanson". J’assume pleinement ce titre.

Comment définis-tu cette chanson ?
Elle est très fraîche et positive. Cela donne vraiment la pêche. L’été arrive et elle correspond pleinement à ce moment.

Retrouvez le clip de Tigane, "Le temps d'une chanson" :

http://www.chartsinfrance.net/actualite ... 49175.html

As-tu déjà réfléchi au prochain single ?
Pas encore. Chaque chose en son temps mais j’ai déjà mon idée en tête. Je sais quel titre je souhaite défendre en deuxième single.

On retrouve des influences soul mais aussi pop dans ce premier album. Quelles touches musicales as-tu voulu y apporter ?
Je le définis justement comme un album de pop soul. La pop est très présente et j’ai également voulu que l’album ait un côté soul, avec des sons très motown. Le travail sur les percussions et les cuivres est important.

On retrouve également des balades sur ce disque. Quelles places leur accordes-tu ?
J’ai pris beaucoup de plaisir à faire ces balades comme "Les jardins de la Seine" et "Fais confiance au temps". Je me reconnais dans ce mélange des genres et je trouve que cela définit bien ma musique.

Trouves-tu que la soul est sous-représentée en France ?
Amy Winehouse, Adele et Duffy entre autres ont permis d’ouvrir des portes même si cela reste à l’international. Cependant, il reste vrai que la soul en français existe peu. À la base, c’est une musique qui se fait en anglais et ce n’est pas évident d’en faire en français. On peut y arriver et du moment que c’est de la musique, on peut avoir un même ressenti.

On retrouve beaucoup de cuivres sur ton album, accentuant ainsi le côté chaleureux de tes chansons. Quelle rôle accordes-tu à ces instruments ?
J'y tenais car ce sont des instruments qui rendent en effet les chansons encore plus vivantes. Le fait de collaborer avec des gens qui ont travaillé avec Ray Charles et Barry White a été non seulement une aide dans cette direction mais surtout un honneur.

Comment as-tu choisi ton équipe pour ce disque ?
J’ai rencontré Yann Cortella et Marielle Hervé en premier lieu. Nous avons ainsi travaillé tous les trois au départ. Ils sont dans le métier depuis longtemps et m’ont ainsi présenté d’autres personnes qui ont intégré le projet dont celles dont nous parlions précédemment.

Tu n’as pas écrit de chansons sur ce premier album. Est-ce que cela a été difficile de confier tes textes à des auteurs ?
Je n’ai aucun problème avec le fait de ne pas avoir écrit mon premier album. Je ne voulais pas écrire pour simplement avoir une justification insensée. Certains ne considèrent que ça pour dire qu’un artiste a du talent. J’ai préféré confier ma vie à des auteurs et prendre le temps d’évoluer et de travailler ma plume. Mon but était de faire un beau premier album. Nous avons parlé des thèmes que je souhaitais aborder. Je suis très fier que des auteurs comme François Welgryn qui a écrit pour Sofia Essaïdi, Amel Bent…, Nery qui a travaillé avec Olivia Ruiz… aient collaboré à mon album. Je me reconnais dans leurs textes.

Envisages-tu d’écrire pour un prochain disque ?

Dans quelques années, j'espère être auteur compositeur. Oui car c’est vraiment quelque chose qui me tient à cœur. Pour le deuxième album, je vais très certainement écrire et co-écrire les textes. Dans quelques années, j'espère être auteur compositeur. C’est en tout cas l’un des objectifs que je me fixe.

Quelles sont tes attentes avec ce premier opus ?
J’essaie déjà de ne pas me mettre trop de pression par rapport aux ventes et aux positions dans le top Albums. J’aimerais que les gens viennent écouter mon univers et si possible, faire un joli début de carrière.

L’édition 2009 de "Nouvelle Star" vient de se terminer. Quel regard portes-tu sur cette promotion ?
Pour être très honnête, j’ai été déçu par le niveau général. Par rapport aux autres années, cette promotion était en dessous. Je pense ne pas être le seul à le penser d’ailleurs.

Comment as-tu vécu ta défaite face à Julien Doré ?

J'ai eu la possibilité de prendre mon temps pour cet album. Je l’ai bien vécue. La preuve en est "Hédonisme" qui est actuellement dans les bacs. J’ai eu la possibilité de prendre mon temps cet album. J’ai travaillé sans avoir de pression par rapport à certains délais et c’est une vraie chance. Ces deux ans m’ont également permis de rencontrer l’équipe qui m’accompagne sur ce disque.

Revois-tu certaines personnes de ta promo ?
Je continue à en voir pas mal en effet. Je pense notamment à Julie, Alex, Soma et Canelle. J’ai vraiment lié pas mal d’amitiés là-bas. "Nouvelle Star" est aussi une belle aventure humaine et le public ne s’en rend pas forcément compte.

Es-tu resté en contact avec Julien Doré ?
Je l’ai croisé quelques fois mais je savais déjà pendant le jeu que je ne le reverrai pas vraiment après. Nous avions un très bon feeling mais je savais que cela n’allait pas faire de nous de grands amis.

Quel message aimerais-tu transmettre au public et aux internautes ?
J’espère qu’ils vont venir découvrir l’album et qu’ils vont aimer mon univers. J’espère également qu’ils prennent soin d’eux et qu’ils profitent de la vie à fond.

Merci Tigane pour cette interview.
Merci pour ton soutien.
le samedi 20 juin 2009
Haut
Image

 MessagePublié: Jeu Juin 25, 2009 5:42 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Benjamin Siksou en interview
Il était finaliste face à Amandine Bourgeois lors de la sixième saison de "Nouvelle Star". Après son premier single "My Eternity", Benjamin Siksou publie un album live, "Instantanés du 11/04/09", actuellement porté par la reprise d'Alain Bashung, "Madame rêve". Nous l'avons rencontré.
Bonjour Benjamin, quelques semaines après avoir dévoilé ton premier single "My Eternity", ainsi que son clip, es-tu satisfait de l'accueil qu'il a reçu (Thierry Cadet, Rédacteur en Chef adjoint) ?
Benjamin Siksou : Oui. En fait, c'est surtout lors de mes concerts que je rends compte de l'impact du morceau. Le public le connait et le reprend par cœur, et je dois dire que c'est assez troublant. Je suis touché par leur attention à mon égard.

On ne peut pas dire par contre que le titre ait brillé au sein de l'Airplay des passages radios, penses-tu que la langue que tu as choisi, l'anglais, t'ait déservi ?
Je ne sais pas. Tu sais, je fais de la musique, je ne me pose pas toutes ces questions internes, et propres à un système qui m'échappe un peu, mais peut être... En revanche, je sais que le clip a régulièrement été diffusé sur MCM, W9, M6 ou Virgin17... L'album studio, lui, sera de moitié en anglais et de moitié en français.

Redécouvrez le clip de Benjamin Siksou, "My Eternity" :
http://www.chartsinfrance.net/actualite ... 176.htmlle mercredi 24 juin 2009


Un clip dans lequel apparait Hugh Coltman, comment s'est passé la rencontre ?
Hugh est un des seuls que je connaissais bien avant de faire "Nouvelle Star". Il est donc très naturellement resté au sein de mon équipe. C'est d'ailleurs lui qui a co-écrit "My Eternity", et il sera sur mon album studio également.

Un album qui devrait voir le jour à quel moment ?
On ne sait pas encore. Pour l'instant on s'occupe de la sortie du live "Instantanés du 11/04/09".

Pourquoi avoir choisi de publier un EP de sept titres live, enregistré lors de ton concert au Café de la Danse de Paris, avant de publier l'album studio ? En général les artistes font l'inverse !
(rires) Justement, là encore je ne me suis pas posé mille questions. Je mets toute mon énergie dans la scène, qui pour moi est comme un moment de grâce, une véritable communion avec le public, et depuis "Nouvelle Star", ce dernier me suit à travers mes concerts. C'était donc une manière de lui laisser une trace de tous ces moments, de l'en remercier.

Le disque est actuellement porté en promo par ta reprise d'Alain Bashung, "Madame rêve", n'as-tu pas été hésitant de passer derrière le maitre ?
C'est juste une manière de lui rendre hommage et de faire découvrir à un public qui ne la connaissait peut être pas encore, cette magnifique chanson.

Découvrez le nouveau clip de Benjamin Siksou, "Madame rêve" :
http://www.chartsinfrance.net/actualite ... 49176.html


L'opus contient également la reprise de Grover Washington, Jr., "Just The Two Of Us", paru en 1980, et réenregistrée par Will Smith en 1997...
Oui, les compos sont en cours et seront présentes sur l'album studio.

L'album studio sera-t-il articulé autour des mêmes morceaux, tels que "Décor" ou "Avant de m'endormir", en connais-tu déjà la direction artistique au niveau de la réalisation, des arrangements ?
Certaines chansons se retrouveront en effet dans l'album studio, mais pas toutes ; et puis il y aura évidemment des nouveautés. Maintenant, concernant la direction, elle sera dans la lignée de ce qu'on fait sur scène, le blues, le folk, et le jazz. L'équipe sera sensiblement la même que celle que j'ai pour la scène. Nous travaillons en petit comité, en confiance, avec notamment Vincent Segal à la réalisation et Olivier Lude au mixage, et ça me va très bien.

Pourquoi avoir signé sur le label indépendant Derrière les planches, et ne distribuer tes albums que via le téléchargement légal avec Believe, ce qui ne représente que 7% des ventes de disques ?
Pour une question de liberté dans un premier temps, et puis parce que je ne recherche pas à tout prix à avoir un album physique dans les bacs. Ma quête est surtout la scène.

En toute honnêteté, as-tu eu des propositions après la finale de "Nouvelle Star" ?
Non. En tout cas rien d'intéressant.

Ycare, dans la même promo que toi en 2008, a signé son premier album sur le label Jive chez Sony, le même que celui de Julien Doré...
Oui. Mais qu'est-ce ça change au fond ?

La promotion, à savoir des spots de pub sur les grandes chaines par exemple, et une visibilité qui est quand même plus importante que pour les artistes indépendants ; faire une émission comme "Nouvelle Star" t'aura finalement apporté un public qui te suit en tournée c'est ça ?
Oui, et c'est le plus important pour moi.

As-tu écouté les albums d'Ycare, d'Amandine Bourgeois ?
Non, pas encore. D'Amandine je ne connais que le single "L'homme de la situation" que lui a composé Ariane Moffatt qui est, tout comme moi, en management chez Derrière les planches ; quant à Ycare, on se voit toujours, et je ne vais donc pas tarder à écouter l'intégralité de son disque.

Qui revois-tu depuis la fin de l'émission ?
Je revois surtout Jules et Thomas.

As-tu regardé cette dernière saison ?
Oui, et mes préférences allaient vers Camélia-Jordana et Leïla. La victoire de Soan n'est pas déméritée, même si son univers ne me touche pas personnellement.

Pour finir Benjamin, concernant le cinéma, ta première passion, as-tu des projets ?
Oui, je vais être à l'affiche d'un long-métrage courant 2009.

Feras-tu également partie de la suite de "Largo Winch" ?
Non car j'apparaissais en flash-back dans le premier volet. Je ne pense donc pas que mon personnage soit à nouveau présent dans le prochain film.

Merci Benjamin de toutes ces précisions.
Merci à toi.

le mercredi 24 juin 2009
Haut
Image

 MessagePublié: Lun Juil 06, 2009 5:48 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
"Dans les magasins, on ne me dit plus "c'est taille unique", mais "bonjour"!"

Image

Quand on avait découvert Miss Dominique, sur le plateau de La Nouvelle Star, elle affichait ses rondeurs sans complexe et en était même plutôt fière puisqu'elle défiait les standards imposés de la télé avec son physique imposant.

Quelques années plus tard, et après un silence radio qui a suivi la sortie de son premier album, là voilà de retour sur le devant de la scène avec une nouvelle galette et délestée d'une cinquantaine de kilos. La perte de poids de la chanteuse qui faisait pleurer Marianne James est terriblement impressionnante. On n'a évidemment pas pu ne pas lui en parler.

Image

Entre votre premier album et celui-ci (Si je n'étais pas moi), vous avez été absente pendant plusieurs mois et vous êtes revenue métamorphosée. Que s'est-il passé?
J'ai pris le temps de prendre le temps. J'ai utilisé le temps que j'avais pour le mettre à profit: j'ai fait du sport, j'ai surveillé mon alimentation, j'ai repris des habitudes que j'avais il y a longtemps mais que j'avais laissé tomber. J'ai repris le contrôle de mon corps.

On vous a dit qu'il fallait maigrir parce que c'était mieux pour carrière?
Je ne vois pas pourquoi ça serait mieux. Au contraire... Je me suis beaucoup battue pour m'imposer. J'avais réussi à imposer cette image dans la tête des gens et dans les médias. Miss Dominique, c'était la femme ronde, plantureuse, aux formes généreuses. Tout démolir pour tout reconstruire, au contraire c'était un risque énorme.

Image

Vous vous êtes réveillée un matin en vous disant: allez, maintenant je vais perdre du poids?
Non, on ne se réveille pas le matin en se disant "je vais perdre 50 kilos". Non, on se dit, "tiens je vais commencer par faire 10 minutes de streching". Un jour, on passe à 20 minutes de streching. Puis on ajoute 10 minutes d'abdos. Un jour, on constate qu'on a perdu 5 kilos, eh bien on continue. Je ne pensais pas perdre autant.

Qu'est-ce que ça a changé dans votre vie?
Ca ne change rien. A part que quand j'arrive dans une boutique, on ne me dit plus "c'est taille unique", mais "bonjour". A part que j'ai plus de facilité à m'habiller ou la propre satisfaction de faire quelque chose et d'aller jusqu'au bout... C'est surtout le regard des autres, enfin, ceux qui me voient de loin. Ceux qui me connaissent vraiment me regardent de la même façon. Tant mieux. Ils m'aiment pour ce que je suis et pas pour le nombre de kilos que j'ai sur le corps.

Image

Vous posez nue sur la pochette de l'album. Par fierté de votre nouveau corps?
Je voulais une photo qui parle. Le nu représentait tout ce que je voulais dire. On peut être nu parce qu'on a tout perdu et qu'on a dû tout reconstruire. On peut être nu pour montrer qu'on n'a rien à cacher. On peut être nu pour montrer qu'on a des coui... On peut être nu parce qu'on est fragile, qu'on se sent seul. Ca représentait tout ce
que j'aurais aimé dire. Ca allait bien avec le titre, Si je n'étais pas moi. De toute façon, chanter, être artiste, c'est se mettre à nu. Ca tombait sous le sens. En plus, je suis sur une scène. C'était un vrai message. Après, être nu sur un canapé, nu dans un lit, ce n'est plus du tout le même message. Donc je suis sur scène, je suis artiste.

Musicalement, vous vouliez quoi avant d'entrer en studio?
Je voulais qu'il y ait toutes mes influences et en même temps quelque chose qui reste de la variété française. Je ne voulais pas m'enfermer dans quelque chose de trop blues, trop soul, trop black. Je voulais un lien entre mes deux cultures.

Vous dédicacez ce disque à de nombreuses célébrités, comme Lââm, Pascal Légitimus, Garou...
Je n'ai pas pu mettre tout le monde. Je dédicace ce disque à tout ceux qui m'ont marquée, qui m'ont aidés. Lââm, par exemple, ça fait 10 ans qu'elle est là, la tête sur les épaules, simple et naturelle. Sa personnalité m'a marquée. Je remercie Cyril Cinélu, parce qu'on vient tous les deux de la Martinique, on a tous les deux fait du gospel, on a tous les deux fait de la téléréalité, on a un pied en France et un pied aux Antilles, on a préféré faire de la variété française... On se sent proche.

Vous remerciez trois membres du jury de La nouvelle star mais pas Dove Attia?
J'ai oublié Dove. En même temps, je remercie les gens qui m'ont marquée, dont je me suis sentie le plus proche. Dove, j'ai moins eu le temps de faire sa connaissance.

Qu'est-ce qu'on peut vous souhaiter avec cet album?
On a le succès qu'on mérite, si ça doit marcher, ça marchera. Et comme on dit chez nous, si ça ne marche pas, c'est que ça roule. (Elle éclate de rire.)

Déborah Laurent 7sur7.be
29/06/09 10h31


Dernière édition par Slenderframe le Lun Juil 06, 2009 5:50 am, édité 1 fois au total.
Haut
Image

 MessagePublié: Lun Juil 06, 2009 5:52 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Emma Daumas et Mathieu Edward à Fort Boyard cet été

Les deux anciens candidats de la Star Academy, Emma Daumas et Mathieu Edward, ont enregistré lundi une émission de Fort Boyard. La demi finaliste de la Star Ac 2 et le finaliste de la Star Ac 7 étaient réunis au sein d'une même équipe pour la bonne cause.

L'émission sera diffusée cet été mais la date reste encore inconnue. Dans leur équipe, il y avait la chanteuse marseillaise Léa Castel et la chanteuse algérienne Zaho.

Fort Boyard débutera le 27 juin avec Eva Longoria et Tony Parker.
http://www.feminactu.com/index.php?post ... %A9t%C3%A9
Haut
Image

 MessagePublié: Lun Juil 06, 2009 5:52 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Après la première ouverture de boutique Newlook à Paris, une deuxième enseigne de la marque anglaise vient d'être inaugurée à Bordeaux en présence de nombreuses jolies demoiselles...

Newlook, dont l'ambassadrice n'est autre que l'Anglaise Agyness Deyn, vient de débarquer en France. Après Paris, la marque britannique s'attaque à Bordeaux et a invité de bien jolies jeunes filles pour fêter l'inauguration de cette boutique. Valérie Bègue, ex Miss France qui a fait scandale, et Emma Daumas, ex académicienne, sont descendues pour fêter l'événement modesque. Plusieurs ex-participantes de l'émission Top Model étaient aussi de la partie.

Valérie Bègue avait choisi une robe d'été dorée qui sublimait son teint cuivré tandis qu'Emma Daumas, elle, avait opté pour une petite robe fleurie portée avec un perfecto en cuir noir, des wayfarers et des escarpins vernis rouges très années 80.

J.D.
http://www.voici.fr/potins-people/les-p ... ok-298379#
Haut
Image

 MessagePublié: Mer Août 05, 2009 7:19 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Édition du samedi 25 juillet 2009

Photo A. BETHUNE

Myriam Abel : « Je chante depuis toute petite »ENTRETIEN
Originaire de
La Grand-Combe et passionnée de chant elle a remporté la Nouvelle Star en 2005
et sera sur scène
lors de la Nuit des FousQu'est-ce que l'on ressent lorsque l'on revient dans sa ville natale ?
Cela fait déjà dix ans que je suis partie de mon sud natal, pour habiter Paris. Mais je reviens ici très régulièrement. Tous les deux mois à peu près. J'en ai besoin. Puis, mes parents sont ici.
Comment vous et vos parents, avez-vous géré votre expérience à la Nouvelle Star ?Mes parents, eux, sont habitués, maintenant. Je chante depuis toute petite. Lors de l'émission, ils étaient sur le plateau, pour chaque "prime". Ils faisaient le trajet une fois par semaine. Puis nous étions dans l'euphorie de l'émission.
Quant à moi, j'en garde un excellent

souvenir. La Nouvelle Star, c'est comme une grande famille. On vous encadre, mais on ne vous suit pas 24 heures sur 24. Rien à voir avec une émission de télé réalité à proprement parler.
Aujourd'hui, votre premier album est disque d'or (150 000 exemplaires vendus). Quels sont vos projets pour l'avenir désormais ?
Mon prochain album est déjà enregistré. Nous avons travaillé à Nashville, dans le Tennessee. C'est un album enregistré en live. On y trouve des ballades, des sonorités rock et, certaines chansons sonnent plus comme de la variété.
En tout cas, c'est un album qui se veut optimiste. Au niveau des collaborations, j'ai travaillé avec Cyril Pelousse, qui a contribué au succès de la troupe du Roi soleil. J'ai aussi collaboré avec Franck Sitbon, le pianiste de la Nouvelle Star.
Nous entamerons la tournée promotionelle à la rentrée 2009. Mais l'album devrait être disponible à la fin de l'année, voire début 2010. Je préfère le garder top secret pour le moment !



Propos recueillis par F. P

Image

http://www.midilibre.com/articles/2009/ ... 58343.php5
Haut
Image

 MessagePublié: Mer Août 05, 2009 7:22 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
La femme de la situation est dans une autre dimension

Image

Juste avant de répondre à nos questions, Amandine Bourgeois se produisait en acoustique dans une cour encadrée de buildings et inondée de soleil. Pour convaincre, juste sa voix et sa guitare. Simple mais efficace: on a compris pourquoi la jeune femme avait remporté haut la main La Nouvelle Star l'année dernière.

Amandine balance la sauce avec une facilité déconcertante, tout comme elle répond aux interviews avec un plaisir évident. C'est que les choses marchent bien pour elle, depuis la sortie de son premier album, 20m², porté par le single L'homme de la situation. Même si elle nous tempère, rattrapée par ses angoisses, dans un sourire. "Pour moi, ça se passera bien quand ça fera dix ans que je fais ça."

Oui, mais quand même, ce succès, ça rassure, non?
Un peu oui, parce qu'il y avait de l'anxiété. C'est comme dans la vie, un peu comme une gestation, comme si on allait avoir un bébé. C'est le même genre de trip: tu es contente, tu es crispée, tu t'interroges: est-ce que les gens vont trouver mon bébé beau autant que moi je le trouve beau?

Comment ça s'est passé après votre sortie de l'émission?
J'ai senti le besoin de rentrer à la maison. C'était nécessaire pour moi de retourner dans mon petit cocon et de me remettre tout de suite au boulot. Et sinon, j'aurais aimé prendre plus de temps. Comme Julien et Christophe, j'ai mis un an parce qu'après c'est La Nouvelle Star qui recommence. On a tous présenté notre premier single à La Nouvelle Star. Tout est calculé. Tu sors l'album au bon moment pour pouvoir faire ta promo dans l'émission. Mais un an c'est hyper court. Tu es au taquet tout le temps. Mais je suis très fière de mon album. Ce n'est pas parce que j'ai eu un an que j'ai fait moins bien.

Vous parlez de Christophe Willem et de Julien Doré. C'est facile d'arriver après eux?
Le truc qui est bien, c'est qu'ils ont apporté une crédibilité à l'émission, ils ont prouvé que ça révélait de vrais talents. Du coup, on n'a pas honte d'avoir participé à une émission comme ça, vu les artistes qu'il y avait avant et qui ont fait leur preuve.

Qu'est-ce qui a changé pour vous depuis La Nouvelle Star?
On me reconnaît dans la rue. C'est agréable. Pour le reste, j'ai les mêmes amis et j'ai gardé la même vie. Le plus gros changement que j'ai vécu ces derniers mois, c'est le déménagement sur Paris. Ca a été difficile parce que je suis très attachée à Toulouse. J'ai 30 ans quand même donc j'ai une vie là-bas. Ce n'était pas évident mais c'est obligatoire avec le parcours professionnel que je veux prendre. Ce qui a changé aussi, c'est l'évolution: avant, je chantais dans les bars, dans les pubs, maintenant j'ai pu faire mon premier album, c'est une autre dimension. Je me sens vraiment à ma place, heureuse et épanouie.

On vous sent un peu plus détendue qu'à l'époque de La Nouvelle Star...
Je suis soulagée oui. J'apprécie aujourd'hui. La Nouvelle Star c'est un jeu particulier: il y a un éliminé par semaine, tu es vraiment sous pression, tu ne peux pas vraiment apprécier le truc. Je suis contente que ça soit derrière moi et je suis fière de mon premier album. J'ai fait ce que j'ai voulu.

Vous avez d'ailleurs refusé l'album de reprises...
Quand je suis sortie de La Nouvelle Star, on m'a demandé de faire quelque part la suite de l'émission, c'est-à-dire des reprises. Mais ça me frustrait, je me suis battue, j'ai travaillé d'arrache-pied pour montrer que j'étais motivée. Ca ne me dérangeait pas en soi mais ce n'est pas ça que je voulais montrer pour un premier album. Plus tard peut-être, quand je serai installée en tant qu'artiste. Là, ça m'aurait enfermée là-dedans. Je voulais montrer d'autres facettes de moi. Je suis contente de m'être battue pour cet album. Mais les rencontres artistiques de l'album comme Rose, Ariane Moffat, ça m'a vachement soutenue face à la maison de disques. C'était riche.

Ce sont des gens qui sont venus vers vous?
Je suis allée chercher des gens mais ce n'était pas eux. Je suis allée vers Camille, Juliette, Catherine Ringer, Arthur H, Anaïs... Ca n'a rien donné mais ils m'ont beaucoup apporté niveau conseils. Ariane, Rose, Jeanne Cherhal, elles sont venues vers moi et m'ont proposé des chansons. La Nouvelle Star ouvre plein de portes, c'est génial.

A la fin du livret de l'album, il y a une photo de vous avec une boule à facette sous le T-shirt. Elle cotoie les paroles de la chanson Larmes foetales. Il y a un message subliminal?
Carrément. J'ai vraiment vécu cet album comme une conception d'enfant, une gestation, un accouchement. Larme foetale, c'était pour expliquer le traumatisme de l'accouchement qu'on a tous vécu, et qu'on n'a pas apprécié je crois, même si on ne souvient pas. Mais c'était aussi pour dire qu'à chaque fois qu'on évolue, c'est un peu dans la douleur, en laissant quelque chose derrière. Cet album, c'est mon évolution de femme. Cette chanson c'était pour exprimer ma mutation vers d'autres sphères.

Déborah Laurent
31/07/09 14h56
Haut
Image

 MessagePublié: Jeu Août 06, 2009 4:07 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Amandine Bourgeois en interview
En 2008, une voix a succédé à Christophe Willem et Julien Doré au sommet du palmarès de la "Nouvelle Star". Avant de se préoccuper de son image, Amandine Bourgeois nous a d'abord scotchés par son chant. Un chant gorgé de chaleur éraflée, de gouaille charnelle, de vibrations émotives incarnant aussi bien la puissance que la fragilité, les pulsions noires du groove qu'une blancheur suspendue. Nous l'avons rencontrée : elle nous parle de son album "20 m2", de son vécu, de ses projets.

Bonjour Amandine ! Quelles ont été tes impressions lorsque tu t'es retrouvée un an plus tard sur le plateau qui t’a consacrée "Nouvelle Star" ? (Thierry Baumann, journaliste)
Amandine Bourgeois : Quand je suis revenue au Pavillon Baltard pour interpréter mon premier single, c’était un grand moment. C’était stressant, émouvant, et j’ai retrouvé les gens que j’aimais. En passant trois mois là-bas, on créé des liens avec les musiciens, le jury, les techniciens, toute la famille "Nouvelle Star". C’était très émouvant. Malgré le stress et le trac, je me suis lâchée, je me suis vraiment éclatée sur scène. Je savais que je n’allais pas être éliminée ! C’était vraiment sympa.

Tu es passée à autre chose, un an plus tard... A quelque chose qui te ressemble, qui est totalement personnel ? La "Nouvelle Star" c’est loin ?
La "Nouvelle Star" c’est autre chose, oui. On chante des reprises, on est dans un jeu. On est des candidats, éliminés chaque semaine et on interprète des tubes internationaux pour toucher un large public. Ça ne m’intéressait pas de faire un album de reprises. Je composais avant la "Nouvelle Star", j’ai fait ce télé-crochet pour me faire connaitre, pour avoir un moyen de faire mon album. C’est une émission qui te permet d’ouvrir des portes beaucoup plus rapidement que si tu n’y avais pas participé.

Parlons un peu de cet album. Le titre est important : fait-il référence à l’endroit où tu l’as fait ?
"20 m²" fait référence à mon petit cocon toulousain, mon petit appart. Ça veut aussi dire que dans un endroit confiné et restreint on est complètement libre de rêver et de créer. Et c’est qui je suis, ça me ressemble.

L'enregistrement de l'album s’est aussi fait dans un espace restreint ?
Edith Fambuena a une cabine d’enregistrement qui fait 20m². C’était drôle ; on a beaucoup ri là-dessus.

Rappelle nous qui est Edith Fambuena...
C’est une réalisatrice que j’admire beaucoup. Elle a réalisé l’album de Tété, "A la faveur de l’automne", Pauline Croze, que je ne me lasse pas d’écouter, Kaolin, la Grande Sophie, Bashung ("Fantaisie Militaire"), et les trois albums d’Etienne Daho. C’est une grande dame et je suis très fière qu’elle ait accepté de produire cet album.

Tu as commencé à écrire, à composer de ton côté, aidé d’un guitariste qui ne te quitte plus !
Je suis auteure compositeur, j’écris mes textes et je compose mes mélodies. J’ai collaboré avec un compositeur toulousain qui s’appelle Guillaume Soulan, qui a beaucoup de talent. Effectivement, on est devenu un binôme artistique. Lui vient de la pop anglaise, moi du côté soul/jazz. Le mélange donne quelque chose de novateur, d’original. J’ai pris énormément de plaisir à travailler avec lui. J’ai aussi collaboré avec mon papa, un jeune auteur de 60 ans. J’écris mes propres textes mais je trouvais intéressant de m’ouvrir. Il m’a beaucoup apporté en maturité, sur certains mots, certaines expressions. Ce n’est pas la même maturité à 60 ans !

Comme quoi par exemple ?
Il a écrit un texte, le morceau "Les trous", qui m’a beaucoup touché. La première fois que j’ai lu ce texte, je me suis reconnue dedans. Il y a eu une recherche des mots absolument incroyable.

Qu’est-ce que tu as voulu écrire ? Des choses sont arrivées spontanément ? Je sais aussi que tu es une grande observatrice.
Oui, j’aime bien observer. L’album est en partie autobiographique, et il y a des chansons où je m’inspire de mes amis, de ma famille, de mes proches, des gens que je peux observer dans la rue, dans les bars, un peu partout. J’aime bien raconter des petites histoires, façon court métrage, des petites scénettes avec des atmosphères, des ambiances différentes à chaque fois.

Prenons deux titres, "La fièvre acheteuse" et "Les loustics" par exemple.
Pour "La fièvre acheteuse", je me suis inspirée d’une amie. À chaque fois qu’on va faire les magasins, à un moment elle me confie sa carte bleue parce qu’elle pense qu’elle ne va jamais pouvoir s’arrêter d’acheter. Je pense qu’elle est vraiment atteinte de la maladie de la fièvre acheteuse. Elle m’a inspiré ce morceau, mais j’ai un peu brodé. Elle n’est pas non plus folle furieuse ! Mais elle a ce souci de vouloir acheter tout le temps. Pour "Les loustics", je me suis inspirée de ma jeunesse, ou des jeunes filles qu’on peut observer en boite de nuit. C’est l’histoire d’une jeune fille qui cherche son prince charmant en boite, et qui fait erreur. On ne trouve jamais son prince charmant en boite de nuit, je ne pense pas. Je trouvais ça très drôle de raconter cette histoire.

Musicalement, tu as plein d’influences, à la fois francophones et anglo-saxonnes, qui vont même vers des groupes des années 70 ?
Au niveau de mes influences musicales, j’adore Pink Floyd, c’est vraiment un groupe que j’affectionne particulièrement, et Led Zeppelin. J’écoute aussi beaucoup de soul, Rachelle Ferrell, Joss Stone… J’écoute aussi la scène française comme Camille, Mademoiselle K, Anaïs. Je suis très éclectique dans mes goûts, je me nourris de plein de choses différentes, même du hip hop !

Et tu aimes le travail des voix.
J’adore le travail des voix. C’est pour ça que j’admire une chanteuse comme Camille, parce que ça résonne en moi. Ma manière de composer à la maison, c’est ça, j’ai mon logiciel, mon clavier, mon micro. J’enregistre une ligne de basse à la voix. Je la superpose avec une ligne d’autre chose, une trompette à la voix par exemple. Je superpose les voix comme ça, et ça me fait un petit morceau sur lequel je peux poser ma ligne mélodique et mon texte.

Tu as également été épaulée par des auteurs compositeurs que tu souhaitais approcher. C’était des rencontres très précises que tu voulais faire ?
Ça a été de belles rencontres. Ce n’était pas du tout précis. J’étais très ouverte. J’avais cette envie de m’ouvrir, de rencontrer des artistes et d’écouter différentes chansons qu’on pouvait me proposer. J’ai eu beaucoup de chance parce que Jeanne Cherhal a tenu à me féliciter sur ma prestation à la "Nouvelle Star" et elle m’a dit qu’elle avait envie de m’écrire une chanson. J’étais ravie, un jour elle m’appelle et me dit qu’elle a passé une nuit blanche à écrire un morceau pour moi et me demande de l’éc uter, de lui dire ce que j’en pense. Elle était tout modeste alors que moi je me dis « Ouah, Jeanne Cherhal m’appelle !! ». Quand j’ai écouté son morceau pour la première fois j’ai eu les larmes aux yeux, ça m’a touché, j’ai trouvé ça très beau. Ça lui ressemble, c’est vraiment du Jeanne Cherhal. Mais je réagis au coup de cœur. Les morceaux que j’interprète sur cet album qui sont de d’autres artistes, ce sont des coups de cœur. Ce sont des morceaux que j’avais vraiment envie de faire, j’ai été touché par ces morceaux là.

Qui sont les autres auteurs compositeurs ?
Ludéal m’a écrit "Sans lui" ; Ariane Moffatt m’a écrit "L’homme de la situation". J’ai croisé Ariane dans les couloirs de notre maison de disque. On a sympathisé, elle m’a offert son troisième album. C’est une Québécoise super chaleureuse, drôle, la super copine. J’ai écouté son album et je ne me lasse pas de l’écouter, j’adore son album. Je trouve qu’elle a un talent énorme. On a trouvé qu’on avait toutes les deux une manière similaire de chanter, ce grain de voix un peu voilé. Elle a voulu m’écrire une chanson, et quand je l’ai écouté, je dansais toute seule sur ma chaise. C’était génial.

C’est du vécu quelque part ?
Oui, ce sont des artistes qui ont vraiment su faire écho à mon univers. Le texte "L’homme de la situation", je me reconnais dedans. Ça me fait penser à un ex d’ailleurs. Bien fait pour toi ! (rires)

Parle nous un peu de tes jeunes années. Dans cet album, tu as voulu réunir des petits clins d’œil : Amandine qui fait de la flute traversière, Amandine qui a fait aussi de l’opéra rock…
Je suis née dans une famille de musiciens, d’artistes. Mon papa est guitariste, mon beau père est bassiste. C’est vrai que j’ai tout de suite baigné dans un univers musical et artistique. J’ai fait de la flute traversière au conservatoire de Nice. Ensuite je suis partie en Angleterre, parfaire ma culture musicale. J’ai intégré des groupes, j’ai chanté dans des bars, et j’ai pris des cours de chant avec un prof lyrique, qui m’a appris les bases du chant. Une fois que j’ai eu traversé toutes ces expériences qui m’ont enrichie musicalement, je me suis lancée à passer différents castings, j’avais envie d’évoluer de faire autres choses. J’ai toujours été très attirée par le théâtre. Par chance, j’ai passé une audition à Toulouse pour un opéra rock qui s’appelle "The wall". On retrouve Pink Floyd, le groupe que j’écoutais en boucle quand j’étais adolescente. C’était génial. C’est ma première grosse expérience pro, j’ai pris un super pied ! J’ai pris beaucoup de plaisir à faire ça, même si ça a été dur, stressant, beaucoup de boulot. J’interprétais le rôle de quatre femmes différentes, c’était très intéressant. On tournait tout en anglais. Le metteur en scène voulait vraiment respecter le film.

Tu prends beaucoup de plaisir à jouer tes chansons ?
Je pense que quand on est chanteur on interprète, on joue des personnages dans les chansons, on raconte des histoires. C’est aussi normal d’avoir ce petit truc là en plus. Le théâtre m’attire beaucoup, j’aime bien jouer à fond le personnage que j’interprète dans une chanson.

On peut dire que pendant ces années où tu as fait du piano bar, ça t’a un peu cassé la voix... Y-a-t-il eu un accident qui fait qu’aujourd’hui tu as cette voix ?
Quand je chantais dans les bars, je n’avais pas vraiment de technique, je n’avais pas pris de cours avant. En plus, dans les bars, c’est un public qui ne te connait pas, qui n’est pas là pour toi. C’est difficile comme exercice parce qu’il faut passer au dessus du brouhaha, essayer de capter les gens. C’est très formateur mais comme je n’avais pas de technique et qu’on chantait 3-4 heures non stop, je me suis usée. C’était vraiment dur. Je me suis retrouvée aphone pendant plusieurs mois. C’était très dur, j’ai accusé le coup, j’étais limite en déprime. C’est ce prof de chant lyrique qui s’appelle Christian Crozes qui m’a sauvé. Il m’a demandé de m’arrêter pendant un an pour me remettre sur pied, retrouver ma voix. Les profs lyriques aiment bien les voix pures et lisses. J’ai dit que je ne pouvais pas m’arrêter, que je vivais de ça. Il m’a dit qu’il allait me remettre sur pied, mais que je garderais toujours des cicatrices. Du coup, j’ai cette voix avec mes cicatrices, c’est ce qui me donne ce grain voilé, abimé.

Des concerts sont-ils prévus ?
Il y a une tournée à partir de décembre 2009. On va commencer avec des petits shows case dans différentes villes, dans les magasins de disques. Pour la tournée, j’aimerais préparer un show très sympa. Je trouve que dans l’album il y a un côté ludique, fofolle, théâtral, parce que la base est folk. J’aimerais que la scène soit à l’image de l’album, avec plus d’énergie, plus de puissance. Certains morceaux vont être révélés par la scène : guitare électrique, cuivres, des sons et des ambiances. Pour lier les morceaux, il y aura peut être des scénettes jouées, pour qu’il y ait un aspect théâtral. Il y aura bien sûr beaucoup de communication avec le public, de partage et de rires. Plus on est de fous plus on rit !
le mardi 04 août 2009

http://www.chartsinfrance.net/actualite ... 49181.html
Haut
Image

 MessagePublié: Lun Août 31, 2009 5:47 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Cocktail d'anciennes gloires et de nouvelle star

La fièvre du samedi soir va entraîner la Foire exposition. Trente ans après l'explosion du phénomène disco, l'un des tubes phares de l'époque retentira samedi à Plaisance : « I love America », numéro 1 aux États-Unis à sa sortie en 1978. Avant de reprendre une nouvelle tournée avec « Âge tendre et tête de bois », le collectif revival qui cartonne depuis maintenant trois ans, Patrick Juvet fera en effet un détour par Barbezieux.

Clin d'oeil des organisateurs ou hasard du programme ? Celui qui chantait « Où sont les femmes ? » en 1977 aura en tout cas une réponse. Les candidates à l'élection de miss canton défileront en effet quelques heures après son passage. En tenue des années 70 s'il vous plaît...

Hélène Ségara et ses fans

Autre coïncidence, le chanteur qui faisait craquer les « minettes » dans les seventies a composé en 2003 un titre pour Hélène Ségara, qui sera à l'affiche le lendemain. L'Esmeralda de la comédie musicale « Notre Dame de Paris » remplacera Hugues Aufray, initialement prévu. Récompensée par une Victoire de la musique en 2001, la chanteuse est moins présente sur les plateaux télé, mais a sorti depuis une dizaine d'albums. Le dernier en date, « Mon pays c'est la terre », revisite seize chansons traditionnelles du monde entier.

Preuve qu'elle suscite toujours l'engouement, le secrétaire général de la foire a été contacté à plusieurs reprises par l'une des membres du fan-club de la chanteuse. S'inquiétant de la communication autour de la venue de son idole, elle lui a proposé d'aider pour placarder des affiches, lui demandant également s'il avait contacté des radios !

Mais les fans les plus nombreux seront certainement du côté du dernier artiste prévu au comice : Thomas Bonneau. Difficile de rivaliser avec un enfant du pays... Le candidat barbezilien à la « Nouvelle Star » a accepté de se produire à l'espace gastronomie, en pleine tournée avec les autres demi-finalistes de l'émission.

Les retrouvailles de Thomas

Une manière de remercier les fans de sa ville, mais aussi de côtoyer l'une de ses chanteuses fétiches. « On l'avait sollicité pour savoir s'il était disponible car qu'Hélène Ségara, dont il est fan, venait le dimanche. Quand il avait 9 ans, elle l'avait même fait monter sur scène pendant un concert à Bordeaux, car elle avait remarqué qu'il chantait tout », raconte André Meuraillon, secrétaire général de la foire. Malgré un concert à Dijon le samedi, Thomas Bonneau fera le voyage pour la rencontrer dans les loges et assister à son concert. « Peut-être qu'au bout d'une dizaine de chansons, elle l'invitera à la rejoindre », espère André Meuraillon.

Au final, la programmation devrait donc séduire toutes les générations : Patrick Juvet pour les seventies, Hélène Ségara pour années 1990-2000, Thomas Bonneau pour les années à venir. Ne manquent que les années 80. Et c'est François Feldman, le chanteur de « Joue pas », qui inondait les radios aux côtés de « La Lambada » pendant l'été 1989, qui en sera le « représentant », vendredi soir.

Comme Patrick Juvet et Hélène Ségara, il a poursuivi son oeuvre avec notamment « Des larmes et de l'amour » en 2004. Comme Patrick Juvet, il fait partie d'une tournée qui écume l'Hexagone : RFM Party 80. Souhaitons à Thomas Bonneau la même longévité...

François Feldman, vendredi à 19 h 30. Patrick Juvet, samedi à 18 heures. Hélène Ségara, dimanche à 18 heures. Concerts gratuits pour les visiteurs de la foire (5 euros la journée, 8 euros les deux jours, 12 euros le pass complet). Thomas Bonneau, dimanche à 21 h 30.

Auteur : Julien Vinzent

Image

http://www.sudouest.com/charente/actual ... 42629.html
Haut
Image

 MessagePublié: Mer Oct 07, 2009 5:47 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Gérôme Gallo dévoilera son opus le 2 novembre
Suite à son passage éclair lors de la saison 3 de "Nouvelle Star", Gérôme Gallo a immédiatement été pris sous l'aile de Patrick Bruel et Amanda Sthers. Le 2 novembre prochain, il publiera son premier album, "Quelle histoire...", actuellement porté en radios par le single "Mademoiselle".
Lors de la saison 3 de "Nouvelle Star", en 2005, celle qui a couronnée Myriam Abel, un jeune homme de 22 ans, des piercings sur le visage, faisait l'unanimité auprès des uns, mais pas des autres, provoquant un tollé d'indignations, et la Une de la presse. A l'époque, Marianne James ne parle plus, contrairement à la saison précédente, de «merde dans les oreilles». Elle se contente d'un «No comment» qui en dit long, et d'yeux brillants. Le jeune homme a été victime de l'élimination obligatoire d'un candidat par trio lors du premier prime en direct, un système supprimé depuis.

Repéré par Patrick Bruel (dont il a assuré les premières parties en juin dernier au Palais des Sports) et Amanda Sthers, le chanteur a pris son temps, et dévoilera dès le 2 novembre prochain son premier album, "Quelle histoire...", actuellement porté par le premier single "Mademoiselle" - dont il signe paroles et musique.

Ecoutez: http://www.chartsinfrance.net/actualite/news-68650.html

Un disque contenant des titres du jeune chanteur, mais aussi de Guillaume Farley, réalisé par David Moreau (le frère de Patrick Bruel) et Régis Cecarelli, et qui devrait en séduire plus d'un l'automne prochain.
Thierry CADET, le mercredi 23 septembre 2009
Haut
Image

 MessagePublié: Mar Jan 12, 2010 7:24 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
M.Katché: «Soan n'était pas convaincant»
Manu Katché, qui va débuter sa troisième saison de «One Shot Not» sur Arte, sortira un nouvel album en mars.

Manu Katché entamera sa troisième saison de One Shot Not ce jeudi à 23 heures sur Arte. Le musicien vient d'enregistrer un nouvel album. «Je n'ai pas encore le titre», reconnaît-il. Le disque sortira début mars puis l'artiste partira en tournée jusqu'à fin novembre. Assurera-t-il sa propre promo dans One Shot Not ? «Oui, évidemment (rires) ! Je serai l'invité, je me parlerai, je m'auto-interviewerai... Non, je plaisante. Mais, comme je programme du jazz, ça s'y prête.»

En revanche, Manu Katché n'envisage pas d'inviter Soan, le dernier gagnant de Nouvelle Star. «Les gens que je reçois sont rarement débutants. C'est un parti pris. Tout va vite. S'il y a un problème technique, on ne refait pas. Ce qui permet d'exister sur le plateau de One Shot Not, c'est l'expérience. J'ai regardé juste une fois Nouvelle Star cette année. J'ai vu Soan et, pour moi, ce n'était pas convaincant. Mais je n'ai pas écouté son album, c'est peut-être vachement bien. Il n'a peut-être pas gagné par hasard».

http://www.tvmag.com/programme-tv/artic ... tml?meId=3
Haut
Image

 MessagePublié: Mar Jan 12, 2010 7:25 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
La Nouvelle Star de retour sur M6 en février?

Selon TV Mag, la Nouvelle Star devrait être de retour sur M6 à la fin du mois de février.

Le jury de l'émission qui voit l'arrivée de Marco Prince (ex-FFF) à la place de Sinclair. Il rejoint donc André Manoukian , Lio et Philippe Manoeuvre .

Les premiers castings ont eu lieu en Province 31 octobre au 19 décembre 2009.

Cette année, les candidats devront se produire au Trianon, le célèbre théâtre parisien à la mi-janvier pour les auditions, avant d'aller à Baltard !

http://www.jeanmarcmorandini.com/articl ... vrier.html
Haut
Image

 MessagePublié: Ven Fév 19, 2010 9:45 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
EXCLU VIDEO - Nouvelle Star 2010 : Découvrez les anciens candidats chouchous du jury Qui de Christophe Willem , Amandine Bourgeois , Steve Estatof ont marqué les esprits du jury de Nouvelle Star ? Nous avons rencontré Lio , André Manoukian et Philippe Manœuvre pour leur poser la question. Alors, vous avez deviné qui est le petit chouchou de Lio ? Regardez la vidéo.

http://tele.premiere.fr/News-Videos/EXC ... -jury/(gid)/2211160

A l'occasion du lancement de la saison 8 de Nouvelle Star le 2 mars prochain sur M6, nous avons interviewé le jury. Et une question nous brûlait les lèvres : lesquels des anciens candidats des 7 saisons précédentes restent leur favori ? Les réponses sont assez variées.

Lio nous confie : "c'est Willem qui restera mon préféré". Elle lui attribue d'ailleurs la palme du chanteur le plus original, au risque de froisser Julien Doré qu'elle considère comme faux et elle aimerait qu'il arrête de jouer ce rôle car "il n'a rien d'original".

Pour Philippe Manœuvre "même les non gagnants comme Amel Bent sont restés". Pour lui, Nouvelle Star est "devenue un coup de projecteur (…) ça a remplacé la direction artistique des maisons de disques".

Mais pour lui, Steve Estatof, le gagnant de la saison 2 reste un avant-gardiste: "c'est le premier qui a osé chanter du Nirvana en prime".

En revanche, il semble déçu par le 1er album d'Amandine Bourgeois mais pense qu'une grande carrière l'attend.

Lio nous confie également : "j'ai adoré Benjamin Siksou même s'il n'a pas gagné. Je veux qu'il sorte son disque". Elle pense qu'Amandine Bourgeois "sera là dans plusieurs années, sur scène. Elle est immense".

Et André , qu'est ce qu'il en pense ? Regardez la vidéo pour le savoir.

Et vous, qui est votre ancien candidat préféré ?
Haut
Image

 MessagePublié: Ven Fév 19, 2010 9:49 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Laura Tabourin: « Je n'ai plus de contact avec Steeve Estatof »
Par TVMag.com le 16 février 2010 16h10

Laura Tabourin, de la 2e saison de Nouvelle Star, se confie à TVMag.com

Image

Alors que la huitième saison de Nouvelle Star débute sur M6 le 2 mars prochain, l'équipe de TVMag.com est partie à la recherche des anciens candidats qui ont fait le succès du télé-crochet depuis la première saison. Aujourd'hui, nous avons eu la chance de retrouver Laura Tabourin, candidate de la deuxième saison de Nouvelle Star. La jeune femme est actuellement à Londres et a choisi de vivre de la musique... à sa façon. Entretien à la deuxième personne du singulier, à la demande de Laura.

Laura, six ans se sont écoulés depuis ta participation à Nouvelle Star... Ça semble loin...
Mon premier casting à la Nouvelle Star était en octobre 2003 donc ça fait presque sept ans. Ce qui est marrant, c'est quand je me rappelle des castings de Nouvelle Star. Pour moi, c'est synonyme de « lycée », « teenagers »... J'étais jeune à l'époque ! Ça fait vraiment partie de mes années de « teenage ». J'étais une petite fofolle à l'époque, rien à voir avec maintenant, je vais sur mes 25 ans et je me sens adulte.

Tu es arrivée 4e de cette saison 2, es-tu fière de ce résultat ?
Je pense que le programme convient bien aux jeunes. C'était une surprise que Steeve (Estatof, ndlr), un candidat de 32 ans, gagne cette édition. C'était plus logique qu'une jeunette comme moi ou comme Amel (Bent, ndlr) gagne ce programme. Enfin, c'est mieux d'être arrivée 4e que 10e (rires). Je suis plutôt contente quand j'y repense. Et ce qui est drôle, c'est quand je regarde à l'occasion d'autres télé-crochets. Parmi les candidats, mon préféré c'est toujours le 4e !

Lors de ce passage, tu n'as laissé personne indifférent. Pourtant on ne te connaît pas d'album en France... Comment l'expliques-tu ?
A l'époque, suite à Nouvelle Star, j'ai bifurqué directement dans l'animation télé. Malgré les projets que l'on m'a proposé, je pense que musicalement je n'étais pas prête. Et puis ce n'est pas arrivé, le projet n'est pas arrivé sur le tas... Il faut savoir que j'étais vraiment têtue, il n'y avait pas moyen de me faire faire quoi que ce soit qui ne me plaise pas. J'étais intenable. C'était à cause de mon âge clairement, j'avais à peine 18 ans. C'est le destin. Amel Bent était destinée à la sortie de Nouvelle Star à faire un carton avec son album. Moi c'était juste de faire de la représentation et de trouver ma vraie voie.

As -tu gardé contact avec Steeve Estatof, le gagnant de la saison 2, avec qui tu as eu une liaison ?
A l'époque, Steeve était obsédé par sa carrière. Il était vraiment tout entier à son ambition. Il calculait tout : il voulait vraiment devenir une grande star. Je l'adorais mais il était dans une matrice. On est resté deux ans ensemble. C'était une belle histoire d'amour. On a vécu ensemble à Paris et quand je suis partie à Londres, ça s'est terminé. On n'a pas trop gardé le contact.

« J'ai pleuré tellement j'ai adoré écouter Julien Doré »

Tu es la fille de l'actrice Caroline Berg. Cette parenté t'a-t-elle desservie ou bien avantagée ?
Elle m'a avantagée dans le sens où je connaissais déjà le milieu des « people » et des paillettes. A l'époque de Nouvelle Star, la presse people m'a accusée d'être pistonnée à cause de ma parenté avec Francis Perrin qui était mon beau-père. Et en fait non, pas du tout. J'ai passé les castings comme tout le monde. Que Caroline Berg soit ma mère, ça m'a servie parce que j'avais une vraie vision du monde du spectacle. Je n'étais pas impressionnée car j'ai grandi là-dedans. Ma mère a toujours été dans ce métier et j'ai tourné des pubs depuis mes 6 ans. Donc je n'avais pas une vision « toute rose » de Nouvelle Star ; ça m'a permis de m'affirmer et de ne pas me laisser mener par le bout du nez par M6 et les autres acteurs du milieu.

Image
On a vu que tu t'es essayée à l'animation télé avec Plus Vite que la Musique et Focus sur M6. Pourquoi ce choix ?
Consciemment, je n'ai pas mis ma carrière entre parenthèses. Je pensais surtout à l'argent. J'étais en école d'infirmière, je me suis retrouvée toute seule dans un tout petit appart à Bordeaux sans argent. A la sortie d'un phénomène comme Nouvelle Star, c'était un peu la loose ! Donc quand M6 m'a proposé un job super bien payé et en plus sur Paris, je n'ai pas hésité. J'ai appris le métier, je suis restée deux ans et puis voilà.

Pourquoi n'as-tu pas poursuivi dans cette voie ?
Deux ans, c'était assez. Après, je voulais partir à Londres pour étudier la musique. Au début, je voulais continuer les aller-retours entre Londres et Paris pour les sous mais c'était ingérable.

As-tu suivi les éditions suivantes de Nouvelle Star ?
Ma mère et ma sœur sont des grosses fans depuis que je suis passée. Elles suivent toutes les saisons. Elles m'en parlent souvent. Maintenant, j'ai rarement l'occasion de regarder Nouvelle Star en France. Ici à Londres je regarde Idol, le même programme en anglais et The X Factor.


C'est différent ?
Oui carrément. Ils ont un système de mentor qui est très sympa.

Quel artiste issu de Nouvelle Star t'a le plus chamboulée ?
J'ai beaucoup aimé Julien Doré ! Ma petite sœur a grave kiffé, elle a acheté son album. Et par hasard je l'ai entendu dans la voiture de ma mère. J'ai même pleuré tellement j'ai adoré !

« On ne me reverra pas en France en tant que chanteuse »

As-tu gardé contact avec l'ancien jury (Manu Katché, Marianne James, Dove Attia et André Manoukian ndlr) ?
Non, pas du tout. Par contre, j'ai André Manoukian au téléphone une fois par an. Je lui ai envoyé mon premier album avec mon groupe The Free States. C'est un album autoproduit en 2007 qui s'intitule Pangea et qui est disponible sur Itunes.

Ton groupe The Free States est-il toujours d'actualité ?
Mon aventure avec eux a duré trois ans jusqu'à l'année dernière. On a voulu sortir un deuxième album produit par Sony à Londres mais le groupe s'est un peu effiloché car je me suis un peu marginalisée. Je fais des études d'ingénierie du son et du coup je me suis plus concentrée là-dedans et j'ai lâché le coté chanson. Le groupe continue sans moi et va sortir un album mais finalement pas produit par Sony. Il sera à nouveau autoproduit.

Tu ne prévois pas de carrière solo ?
Non, maintenant je fais de la musique mais plutôt comme hobby. Je ne pense pas sortir d'album en chansons. J'ai entamé une carrière d'ingénieur du son. Je produis d'autres groupes. J'enregistre toujours pour moi et je fais quelques concerts de jazz ici à Londres mais c'est plus pour le fun. Je ne suis plus dans le « trip » de gagner ma vie comme ça.

Quels sont tes projets futurs ?
Je finis ma licence d'ingénieur du son. J'ai plusieurs projets. Je compose ma musique mais pour les films. Pas d'album solo mais on risque de me voir dans des crédits d'album ou de films en tant qu'ingénieur du son. D'ailleurs je présente une chanson intitulée « Soundtrack » pour mes examens. Elle pourrait bien devenir un single... Elle sera sur mon MySpace. Et enfin, je suis en train de monter une radio ici à Londres mais c'est un peu tôt pour en parler.

Aura-t-on la chance de te revoir en France ?
Je viens en France de temps en temps. Ça me parait tellement loin cette période de « célébrité ». Les gens m'ont gardée dans un moule : celui de la nana qui veut devenir une grande star de la chanson et sortir un tas d'albums... La différence entre les autres candidats et moi, c'est que je suis arrivée avec zéro ambition à Nouvelle Star. C'était pour le fun. A la sortie, je savais que j'aimais chanter mais le reste, le coté « fame » ne me plaisait pas trop. A la réflexion, je ne sais pas trop ce que je suis allée faire là-dedans... Je me suis bien amusée, mais je pense qu'on ne me reverra pas en France en tant que chanteuse.

>>> Toutes les infos sur le MySpace de Laura Tabourin: http://www.myspace.com/lauratabourin

Interview réalisée par Julia Petit Tortorici


http://blog.tvmag.com/nouvelle-star/201 ... tatof.html
Haut
Image

 MessagePublié: Ven Fév 19, 2010 9:50 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Soan, vrai musicien et faux provocateur


Image

Ça donne quoi, un gagnant de la Nouvelle Star, sur scène ? Réponse jeudi soir, à La Carène, salle de spectacles de Brest. Soan, vainqueur de l'édition 2009, se produit dans la petite salle. Elle est remplie : soit une petite centaine de spectateurs. Hommes et femmes de tous âges, de 10 à 60 ans. Le chanteur a laissé tomber le maquillage aux yeux noirs qu'il arborait à la télé.

Il ne fait pas de rappel

D'abord entouré de cinq musiciens particulièrement en forme, il enchaîne des morceaux rock, parfois proches du ska. Soan est bavard. Plutôt loin de l'image de marginal qui lui collait à la peau sur M6, il discute beaucoup entre chaque chanson. Interpelle des spectateurs. Taquine le public. Apprend des mots bretons : demat (bonjour) et kenavo (au revoir). Se fait offrir des bières. La scène semble réellement être son univers.

Pour les dernières chansons, il est seul avec sa guitare. Textes un peu engagés, un peu poétiques, un peu tristes. Mais, surtout, une voix profonde, torturée. Sur scène, il ne bouge pas beaucoup, mais son interprétation rappelle un certain Mano Solo, récemment décédé. Soan lui a rendu hommage en chantant Te souviens-tu ? Parfois, on pense même au grand Jacques Brel. Un interprète donc.

Mais voilà, Soan n'échappe pas à un certain nombre de clichés. Il se veut provocateur... tout en restant politiquement correct. On est presque déçus qu'il n'aille pas plus loin. Juste avant la dernière chanson, il lance : « Celle-là, c'est la dernière. Parce que, sinon, il ne va plus rien rester dans la bouteille de whisky. Ils sont déjà cinq dessus ! » Effectivement, il n'y aura pas de rappel. Enfin un signe d'anticonformisme ?


Rozenn LE RU.
http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet ... 4_actu.Htm
Haut
Image

 MessagePublié: Ven Fév 19, 2010 9:52 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Soan : "Le bilan commence à être positif"

Le gagnant de l'édition 2009 de "Nouvelle Star" a indiqué qu'il se félicitait de son début de parcours.

Guillaume Torrent le 18/02/2010

Révélé par "Nouvelle Star" et alors que certaines de ses déclarations font les choux-gras de la presse people, Soan, détendu mais déterminé, a dressé le constat de ses douze derniers mois. "Au bout d'un an, le bilan commence à être assez positif. J'ai fait un disque dont je suis fier et il y a la tournée. C'est physique mais ce n'est que du plaisir , c'est un peu la récré ! Donc je me rappelle ainsi un peu qui je suis et pourquoi je fais ce métier car à un moment donné, j'ai plus eu l'impression d'être un chef d'entreprise qu'un musicien pendant quelques mois, et ce n'est pas un rôle qui m'éclate à mort", a-t-il précisé lors d'une interview accordée à la rédaction.

La scène, justement, est le terrain sur lequel Soan s'illustre actuellement. Après un concert au Bataclan à Paris le 17 février, l'artiste se rendra notamment le 4 mars à Strasbourg, le 5 à Metz, le 12 à Istres, le 13 à Avignon ou encore le 24 avril à Lille.

http://www.musicactu.com/actualite-musi ... e-positif/
Haut
Image

 MessagePublié: Ven Fév 19, 2010 9:53 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
VIDEO – Soan de la Nouvelle Star mélancolique dans son nouveau clip, Emily ! Après Next Time, Soan , le gagnant de la Nouvelle Star 2009, dévoile le clip de son deuxième single, Emily.

http://people.premiere.fr/News-videos/V ... mily-/(gid)/2215581

Soan Faya, le gagnant de l'édition 2009 de la Nouvelle Star sur M6, ne s'est pas fait que des amis dans le milieu, à commencer par le jury de l’émission . Pourtant, il a fait son chemin et sorti en novembre dernier un album, Tant Pis, qui s’est tout de même classé dans le Top 64 des meilleures ventes de disques en France en décembre. Un album apprécié par le public, mais pas vraiment par ceux qui ont contribué à la victoire de Soan en valorisant ses prestations de primes en primes, à savoir les jurés de l'émission Philippe Manœuvre et André Manoukian . Récemment, Lio s’est elle aussi exprimée sur le sujet en disant qu’il avait "raté son premier album".

Après le premier single Next Time , Soan dévoile le clip du deuxième extrait de son album, Emily. Une vidéo en noir et blanc, qui souligne les paroles toujours très poétiques et exaltées de l’artiste qui jouait dans le métro parisien avant de faire la Nouvelle Star 2009.

Malgré les critiques, Soan donne une priorité à la scène, son lieu de prédilection. Il se produira au Bataclan de Paris ce mercredi, avant de partir sur les routes de France.
Haut
Image

 MessagePublié: Ven Fév 19, 2010 9:56 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Amel Bent part à la conquète de sa nouvelle star

http://www.toutelatele.com/article.php3 ... icle=22844

marraine du casting Disney talents
Haut
Image

Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet  [ 91 messages ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant


Recherche dans le sujet:
Aller vers:  

© 2003-2018 Domaine Bleu enr.