Nous sommes le Dim Déc 15, 2019 1:14 pm
(UTC - 5 heures )

Suivre le Domaine Bleu sur Twitter





 

 



Répondre au sujet  [ 91 messages ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Auteur Message
 MessagePublié: Mer Fév 24, 2010 3:56 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Amel Bent : Elle fait appel à un ancien candidat de Nouvelle Star pour son prochain album !
News publiée Hier, Le Mardi 23 Février 2010 à 17:34

Marraine du grand casting Disney Channel Talents, Amel Bent est sur tous les fronts... Après l'enregistrement du clip Désolé pour venir en aide aux victimes de Haïti, la chanteuse sera bientôt au côté de la troupe du Roi Lion pour Tout le monde chante contre le cancer, et, malgré cet emploi du temps de ministre, la pétillante Amel a tout de même trouvé le temps de nous accorder une interview exclusive.

Alors qu'elle s'apprête à partir en tournée avec son tout nouvel album, celle à qui l'on doit le single Où je vais commence déjà à travailler sur son quatrième album studio. Et pour ce dernier, elle va travailler avec un ancien candidat de Nouvelle Star saison 6...

En effet, selon TéléStar.fr, à l'écriture de certains titres, on retrouvera Ycare ! Après avoir écrit pour Camélia-Jordana, l'interprète d'Allyson a été sollicité par mademoiselle Bent. Ycare et cette dernière partagent la même équipe de management, ce qui facilite des rencontres artistiques.

Amel a confié, quant à ce projet, que ce sera "l'occasion de donner une touche plus poétique à ses chansons". Une collaboration qu'il nous tarde de découvrir...

Chloé Breen
http://www.purepeople.com/article/amel- ... m_a50567/1
Haut
Image

 MessagePublié: Mer Fév 24, 2010 4:03 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Christophe Willem dévoile le single "Entre nous et le sol"


Faisant suite à "Berlin", "Plus que tout" et "Heartbox", Christophe Willem a choisi "Entre nous et le sol", l'adaptation d'un morceau de Britney Spears, afin de poursuivre l'exploitation de son second album "Caféine". Bon ou mauvais choix ? Ecoutez un extrait !
"(Love Is) State Of Grace" est un morceau signé Steve Anderson (Kylie Minogue...), enregistré par Britney Spears (à écouter en fin d'article), mais qui n’a finalement pas été retenu pour figurer sur la version finale de son avant-dernier album "Blackout". En grand fan de la chanteuse, Christophe Willem a jeté son dévolu sur la chanson et demandé au label Jive de lui céder les droits afin qu'il puisse la faire figurer sur son disque ; ce que ce dernier a accepté. L'interprète de "Double je" a donc adapté "(Love Is) State Of Grace" en français et décide aujourd'hui de le proposer aux radios en qualité de nouveau single issu de son album "Caféine", écoulé à 210 000 copies.

http://www.chartsinfrance.net/Christoph ... 69512.html

Par ailleurs, ce second opus décidément très “gayfriendly” de Christophe Willem compte également un duo avec Kylie Minogue, "Sensitized" (déjà présent sur le disque "X" de cette dernière dans sa version originale, voir notre article en cliquant sur ce lien), même s'il n'a jamais rencontré la star australienne afin de mêler leurs voix, tout s'étant déroulé en plusieurs étapes. Un morceau qu'il aurait été plus judicieux de proposer en qualité de nouveau single. A suivre...

Par ailleurs, le chanteur entamera une nouvelle tournée "Coffee Tour", à partir du 29 avril 2010, posant ses valises sur la scène du Zénith de Paris, le 18 mai prochain.

Christophe Willem, un temps pressenti pour représenter la France au prochain Eurovision de la Chanson, n'en sera pas. C'est Jessy Matador qui lui a été préféré par le comité français du concours (voir sur ce lien).

Thierry CADET, le mardi 23 février 2010
Haut
Image

 MessagePublié: Jeu Mars 25, 2010 5:50 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Amandine Bourgeois : "J'ai toujours eu un côté fofolle" - interview

MusiqueMag a rencontré Amandine Bourgeois, gagnante de la Nouvelle Star 2008. La chanteuse nous parle de son éducation musicale, de son enfance dans une famille de musiciens, de ses premiers coups de coeur en musique, de ses rapports avec son père, de leur collaboration sur 20m2, de ses groupes fétiches (Led Zeppelin, Jeff Buckley, The Doors, Pink Floyd, Björk, Rita Mitsouko, Rickie Lee Jones), des seventies, des albums qui la rendent émotives, de ceux qui lui donnent la pêche, de ceux qui lui donnent la haine (Rage Against The Machine), de l'excentricité de 20m2 et bien sûr de son aventure à la Nouvelle Star.

Deux singles ont déjà extraits du premier album d'Amandine Bourgeois : "Du Temps" écrit par Rose et "L'homme de la situation" écrit par Ariane Moffatt. Outre Rose et Ariane Moffatt, on retrouve également les signatures de Jeanne Cherhal et Joseph d'Anvers sur 20m2. Ce disque a surpris le public étant bien plus orienté pop et chanson française que les prestations souvent rock d'Amandine lors des primes de la Nouvelle Star 2008.

http://www.musiquemag.com/interview-ama ... w-1455.htm
Haut
Image

 MessagePublié: Jeu Mars 25, 2010 5:51 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Amandine Bourgeois en vidéo acoustique pour son single "Du Temps"

Amandine Bourgeois a accueilli MusiqueMag dans sa loge à l'Alhambra à Paris afin de nous interpréter son single "Du Temps" en version acoustique.

http://www.musiquemag.com/news-amandine ... s-1081.htm
Haut
Image

 MessagePublié: Jeu Mars 25, 2010 5:53 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Camélia Jordana : "L'amour, c'est de la merde, je ne veux plus jamais tomber amoureuse."

Camélia Jordana. Ses premières prestations d’interprète, c’était lors de la dernière saison de la Nouvelle Star. Camélia Jordana est arrivée en demi-finale, mais c’est Soan qui a triomphé. Il n’en reste pas moins que pendant des semaines, sa voix et son charisme singulier ont charmé les télespectateurs. Son premier album, Non Non Non, est lumineux et irréprochable. Textes et musique d’une incandescente beauté avec aux commandes, Babx, Séverin, Doriand, Mathieu Boogaerts et Abel K1. Des hommes au service d’une jeune femme en devenir.


Tu sors un album parfaitement maîtrisé. Le choix de Babx pour écrire, composer et réaliser la plupart des titres s’est-il imposé rapidement ?

Oui, très vite j’ai su que j’allais travailler avec lui. Je déplore que Babx ne soit pas plus connu. Il est juste super doué et d’une gentillesse constante. Je suis tellement fan du bonhomme que lors de l’enregistrement du disque, je n’ai pas voulu écouter en intégralité ses deux albums de peur de devenir une vraie groupie. Je tenais à garder cette relation amicale très forte qui me lie à lui. Babx et L, sa compagne (qui m’a d’ailleurs écrit aussi un titre "Je pars") sont des gens formidables.



Autant avec Babx, l’ambiance est planante, élégante, profonde, intemporelle, autant avec Séverin, les mélodies sixties sont enjouées, accrocheuses et un peu enfantines.

Babx, s’il écoute de la musique, c’est pour pleurer. Il faut que ça le touche. Séverin, lui, il écoute de la musique pour s’amuser, pour s’éclater. En choisissant ses deux auteurs compositeurs, j’étais sûre que mon album n’allait pas être plombant. Beau, majestueux et parfois léger.




Mathieu Boogaerts est aussi présent… il ne travaille pas beaucoup pour les autres habituellement.

Au départ, son univers n’était pas ma tasse de thé. Quand je l’ai rencontré, j’ai eu du mal à le cerner. Nous sommes deux grands timides. En fait, avec le temps, il est très cool et très drôle. Un peu second degré. Il a su me comprendre et il a donc métamorphosé son univers pour entrer dans le mien. Evidemment, on reconnait tout de même sa patte géniale. Quand il est dans un projet, il s’y adonne à fond et c’est très agréable.




Il y a aussi Doriand, un faiseur de tubes et un inconnu Abel K1.

Doriand a l’art des refrains que l’on retient. C’est lui qui a écrit "Non non non (écouter Barbara)". Quant à Abel K1, c’est un garçon très doué. Il m’a écrit "Calamity Jane", un véritable chef-d'œuvre et morceau phare de l’album. Quand je le vois, je trouve qu’il inspire la tendresse et la sensibilité. Ses textes oscillent entre douleur et douceur
Une constatation s’impose : chez toi, l’amour est loin de rimer avec toujours.

En effet, tout simplement parce que c’est le cas. J’ai eu un premier amour cet été qui s’est super mal terminé. Au mois de septembre, quand on a commencé à choisir les morceaux, j’étais dans un bad trip "l’amour, c’est de la merde, je ne veux plus jamais tomber amoureuse !". Séverin qui était au courant de mon histoire en a fait une chanson "Le mois d’août à Paris".


Tu n’as écrit et composé qu’une chanson et elle est en anglais ("Little monsters").
Quand on a un parolier comme Babx, je vous assure qu’on ne se risque pas à écrire en français. Je sais que comparaison n’est pas raison, mais de toute manière, je suis plus à l’aise pour écrire en anglais.



As-tu le trac avant la sortie de l’album ?

Raisonnablement. Pendant des mois, c’était le bébé de toute l’équipe. Le bébé quitte la maison pour mener sa propre vie. Il va rencontrer des gens qui vont le juger et apprendre à le connaître. Il va être aimé ou détesté. C’est curieux comme sensation. En plus, il faut que je le défende toute seule alors que c’est loin d’être un travail solitaire. Si un jour je me retrouve devant Naulleau et Zemmour, il va falloir que je sache quoi répondre.


Tu sembles sereine...
J’ai une maman qui m’a appris à lâcher prise et à profiter du moment présent. Je prends un plaisir intense à ce que je vis aujourd’hui et je ne me pose pas trop de questions.

http://www.musiquemag.com/interview-cam ... e-1302.htm
Haut
Image

 MessagePublié: Jeu Mars 25, 2010 5:54 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Soan : "Lio n'a pas mon disque. Je n'ai pas les siens non plus !"

Aimé par certains, détesté par d'autres, une chose est sûre, Soan, le gagnant de la nouvelle star 2009, ne laisse personne indifférent.

Actuellement en tournée française pour Tant Pis, son premier album, Soan a accepté de répondre à nos questions avant de participer à l'émission de Michel Drucker sur Europe 1.

Pas langue de bois, loquace, doté d'un débit à 100 à l'heure, Soan parle de sa place en marge dans la chanson française, de son instinct de rebelle, de ses modèles (Kurt Cobain et NTM), de ses années à jouer dans le métro, de son clash avec Eric Nolleau chez Ruquier, de son personnage de chanteur énervant, de ses dérives, non sans oublier de régler ses comptes avec Lio et Sinclair. Un entretien pour le moins mouvementé !!

Le chanteur nous interprète également en acoustique le titre "The Storm".

http://www.musiquemag.com/interview-soa ... s-1110.htm

Soan : "The Storm" en acoustique

Soan le rebelle, Soan la tête de turc de la chanson française, Soan l'Ovni de la Nouvelle Star, a accueilli MusiqueMag à la veille de sa date au Bataclan en février 2010, pour une interview et une session acoustique. Seul à la guitare, habillé de son désormais traditionnel kilt, le gagnant de la Nouvelle Star 2009 nous livre une version dépouillée du titre en anglais "The Storm" tiré de son premier album, Tant Pis.

http://www.musiquemag.com/news-soan-the ... e-1240.htm


Dernière édition par Slenderframe le Jeu Mars 25, 2010 5:55 am, édité 1 fois au total.
Haut
Image

 MessagePublié: Lun Mars 29, 2010 5:28 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Décryptage Style : Camélia Jordana ne veut vraiment pas aller au Baron
26/03/2010

Sur la pochette de son premier album, la candidate malheureuse de Nouvelle Star se réfugie dans les clichés fanés du romantisme. Mais comment passer le printemps quand on s’appelle Camélia ?

Image

1. La déprime automnale
Le premier single de l’album de Camélia débute sur ces mots : “Combien de fois faut-il vous le dire avec style, je ne veux pas sortir au Baron.” OK, la décision de ne pas passer la soirée dans ce qu’il est commun de considérer comme le club le plus branché de Paris est légitime. Par contre, de là à aller s’asseoir par terre dans les feuilles mortes avec des habits neufs, il y a un pas. Peut-être influencée par Les Rêveries du promeneur solitaire de Rousseau, Camélia semble concentrer ses réflexions sur l’instabilité des choses de ce monde dont la surface des eaux lui offre l’image. Et sinon t’es sûre que tu ne veux pas aller au Baron quand même ?



2. Les lunettes obligatoires
Si elle n’a pas gagné l’édition 2009 de Nouvelle Star, Camélia Jordana en restera “la” révélation. Celle qui, malgré un physique un peu pataud, a su charmer la ménagère de moins de 50 ans et le bobo parisien avec “sa voix de velours” et ses grosses lunettes tellement peu flatteuses qu’elles lui donnent un air de Nana Mouskouri. Impensable donc de coller des lentilles à Camélia dont les montures noires sont devenues l’attribut. A la manière des barrettes de Julien Doré, elles la placent dans la tribu des “décalés”, ces gens un peu chelous mais talentueux.


3. Le côté hors du temps
En tant que meuf décalée, Camélia ne semble pas être en accord avec sa génération qui se contente d’aller s’enivrer au Baron les soirs de semaine. Elle n’a que faire de tant de vulgarité vaine et préfère pleurer toute seule en écoutant Barbara. D’ailleurs, parce que c’était mieux avant, elle a arrêté d’utiliser son appareil numérique compact au profit d’un appareil photo vintage. Et même que si les pellicules de Polaroid ça coûte un bras, eh ben c’est carrément mieux, genre tu vois le grain et tout. C’est comme ça, Camélia est hors du temps, hors de tout. En témoigne la pseudo mise en abyme du Polaroid négligemment posé là. Courage, Camélia, ça va aller.




4. Le malaise adolescent
Soit Camélia a froid, soit il vient de se passer un truc réprimé par le droit et couvert dans la rubrique “faits divers”.Dans la première hypothèse, on ne peut que noter la panoplie post-ado (petite robe, épaulettes pailletées) de l’automne dernier, peu adaptée à la rêverie solitaire en automne. Mais peut-être n’était-elle pas seule ? Qui d’ailleurs a pris cette photo ? La personne qu’elle regarde s’éloigner les joues roses ? Mystère. Un indice quand même : l’album de Camélia revient sur son premier chagrin d’amour. Une rupture mal vécue à en croire ses interviews où elle dit avoir été “en bad”. T’as raison, Camélia,comme disait Rousseau,“le bonheur est un état permanent qui ne semble pas fait ici-bas pour l’homme”. En même temps, il paraît qu’il a jamais réussi à rentrer au Baron Jean-Jacques.

http://www.lesinrocks.com/actualite/sty ... -au-baron/
Haut
Image

 MessagePublié: Lun Mars 29, 2010 5:29 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Mademoiselle chante son blues
27 mars 2010 - ENTRETIEN JOëL JENZER
CHANSON Rescapée de l'émission «Nouvelle Star», Camélia Jordana, 17 ans, revient sous les projecteurs avec un premier album un peu trop lisse qui parle de sa nouvelle vie qui commence.

Avec ses grosses lunettes style Nana Mouskouri et sa voix cassée juste ce qu'il faut, elle avait crevé l'écran il y a un an dans «Nouvelle Star». Camélia Jordana, 16 ans à l'époque, avait été éliminée du jeu au stade des demi-finales. Qu'importe! Au lieu de passer aux oubliettes comme certains anciens vainqueurs du concours (Steeve Estatof et consorts), la jeune lycéenne n'a pas mis long à revenir sous les feux des projecteurs: son premier disque est depuis hier dans les bacs. Un album un peu trop lisse, calibré pour la personnalité de la demoiselle (13 titres et deux bonus sélectionnés sur 400 chansons!), par des auteurs comme BABX, Mathieu Boogaerts, Doriand, entre autres.

Fraîche et enthousiaste, Camélia - tombant ax passage ses déjà célèbres lunettes - fait la bise à tout le monde avant de répondre aux questions sur son album intitulé «Camélia Jordana», que la maison de disques lui a proposé une heure après son élimination de «Nouvelle Star».

Quand vous sortez de la «Nouvelle Star» et qu'une grosse maison produit votre premier disque, vous laisse-t-on une liberté artistique totale?

J'ai eu 20 000% de liberté artistique, je n'ai fait absolument aucune concession artistique, parce qu'on ne m'a jamais demandé d'en faire une, en fait. Il y a eu une vraie relation de confiance qui s'est installée avec mes directeurs artistiques. Ils se sont dit: «Il y a eu un vrai engouement pour cette nana dans une émission dite populaire. Si on la laisse faire ce qu'elle veut, peut-être que ça va marcher.»

Dans les chansons, parlez-vous de vos propres expériences?

Je ne peux pas chanter un morceau par lequel je ne me sens pas concernée, surtout sur mon album, ce n'est pas possible... C'était peut-être écrit sur ma gueule «Je suis en rupture», mais, spontanément, les auteurs ont écrit sur ce sujet-là, sans même me connaître et me rencontrer. J'ai choisi les morceaux cet été, quand j'étais en période de fin de premier amour, avec mon entourage amical qui se redessinait par rapport à mon changement de vie, mon expérience, mon aventure, que mes amis ont acceptés ou pas... J'ai un peu grandi, dans le sens où j'ai un peu compris ce qu'était l'amour. Je me suis dit que désormais dans ma vie, il y aura ça et la musique, et rien d'autre. J'ai aussi pris conscience que je ne pouvais pas faire confiance à tous les gens que j'aimais, tout simplement. J'étais un peu dans le creux de la vague, d'où le choix des morceaux...

Comment avez-vous vécu votre élimination de «Nouvelle Star» alors que vous étiez favorite?

On m'avait dit de prévoir trois mois de fringues à l'hôtel. Alors je suis venue avec trois énormes valises... Comme j'avais énormément de fringues, je ne voulais pas les mettre dans l'armoire pour peut-être les remettre dans la valise cinq jours après. Donc, pendant deux mois et demi, je n'ai jamais rangé mes fringues... Je n'étais vraiment pas dans l'optique «il faut que je gagne!»... C'était juste une expérience trop cool où j'étais avec des gens trop cool. Je n'ai pas vécu ça comme une concurrence, j'étais juste avec des gens que j'aimais. En fait, j'ai été plus triste pour le côté humain que pour le fait de gagner ou perdre le jeu. J'étais plus triste que déçue.

Quel regard porte votre famille sur votre parcours?

Ils sont très fiers de moi, ils me soutiennent beaucoup. Au début, ce n'était pas facile, quand j'ai emménagé sur Paris: c'est le bébé de 17 ans qui quitte la maison. On leur dit: «On vous prend votre fille qui va vivre à Paris avec des gens que vous ne connaissez pas, qui sont dans un milieu que vous ne connaissez pas...» Mes parents étaient un peu flippés, je devais les appeler toutes les deux heures, leur dire avec qui j'étais... Mais là ça va beaucoup mieux, je leur envoie juste un texto le soir quand je suis rentrée.

Comment vivez-vous votre notoriété?

Je la vis très bien, on n'est pas aux Etats-Unis, avec des gens devant chez moi... Dans la journée je me fais reconnaître et c'est cool. Soit les gens sont gênés, soit ils me disent bonjour. Ce n'est jamais agressif.

Il y a eu des fois où, en sortant de la «Nouvelle Star», c'était un peu violent: on était dans un cocon, très protégés par la production, et des gens nous sautaient dessus une fois dehors... Mais c'était toujours des témoignages d'amour. Et c'est quand même gentil, même si ce n'est pas toujours fait délicatement.

http://www.lenouvelliste.ch/fr/news/cul ... _14-194793
Haut
Image

 MessagePublié: Lun Mars 29, 2010 5:31 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Camélia-Jordana : "Si l'étiquette 'Nouvelle Star' me gênait, je n'y serais pas allée"

Publié par Fabien Morin
Lundi 29 Mars 2010 12h00

on look, mais surtout sa voix avaient marqué les esprits lors de la dernière saison de Nouvelle Star. Moins d'un an après son élimination en demi-finale de cette édition qui vit triompher Soan, Camélia-Jordana revient sur le devant de la scène. Du haut de ses 17 ans, la jeune chanteuse vient nous présenter son premier album éponyme qui sort dans les bacs aujourd'hui. Pour l'occasion, elle s'est entourée d'artistes confirmés et signe un album pop-folk frais et léger dont les premières critiques sont plus que positives. Pour Ozap, Camélia-Jordana est revenue sur son parcours,sa participation à Nouvelle Star et la naissance de cet album. Et elle nous parle bien sûr de Soan, du jury et nous livre son avis sur la nouvelle saison de l'émission qui l'a révélé. Entretien.

Ozap : Comment est né cet album ?
Camélia-Jordana : Il est né de plusieurs rencontres. Mon directeur artistique m'a fait écouter pas mal de morceaux. On a reçu 400 chansons donc on a dû faire un choix là-dedans. Et puis, un jour, alors qu'il écoutait Babx, j'ai entendu un morceau et j'ai dit : « Je veux cette chanson et je veux travailler avec ce mec-là ». Babx a dit non au début, comme il dit à chaque fois et mon directeur artistique lui a fait écouter ce que je faisais et il a accepté. Au final, il est très content de ce projet. Pour le reste, c'est un peu pareil. Ce sont des gens qui ont envoyé des chansons qu'on a choisi ou pas choisi.


« L'album me ressemble complètement »
Justement, comment s'est passée la sélection ? Les artistes t'ont envoyé leurs propositions ou c'est toi qui leur a proposé des idées ou des thèmes ?
Non, je n'ai pas du tout proposé de thèmes, je ne voulais fermer aucune porte. C'est vraiment eux qui ont écrit comme ils le sentaient.

Et ce qui est étrange, c'est que l'album a l'air pourtant très personnel.
Oui, en effet. Et c'est ce qui m'a touché. C'est pour ça que j'ai choisi ces morceaux. Je me sentais concernée par le texte de ces personnes avant même que je ne les rencontre. C'est pour cette raison qu'ils sont sur mon album.

Alors lorsque tu écoutes l'album, tu te dis au final qu'il te ressemble ?
Je pense qu'il me ressemble totalement parce qu'il n'y a que du "moi" dedans. Du début à la fin, je n'ai eu à faire aucune concession, si ce n'est ma vie sociale, mais ça, ça fait partie du contrat, donc je m'en doutais. Mais sinon, toutes les chansons sont des titres que j'ai choisi personnellement, parce qu'ils me plaisent, me touchent et parce que je me sens concernée parce ce que ces chansons racontent.


« J'ai mon mot à dire sur tout »
Malgré ton jeune âge, tu as eu la chance d'être complètement libre et très impliquée.
Oui, totalement. Je suis tombée sur des gens intelligents qui se sont dits : "Voilà, ça a plu à l'émission parce qu'elle était comme ça, donc on va faire l'album comme ça, tout simplement". J'ai mon mot à dire sur tout. Je sais à peu près ce que je veux partout. Bon après, j'ai beaucoup de monde autour de moi qui m'aident à prendre les décisions et à faire des choix quand je ne connais pas, que je suis un peu larguée et que je ne sais pas comment faire. Parce que je ne suis pas parfaite, je ne sais pas encore complètement tout ce que je veux et je n'ai que 17 ans quand même. Mais c'est vrai que j'ai des idées assez tranchées.

Ne pas avoir gagné Nouvelle Star, c'est peut-être finalement une bonne chose ?
Je ne sais pas en fait. Je n'arrive pas trop à avoir de réponse à ça. Mais, en tout cas, je suis contente de mon parcours vu que j'ai réussi à faire un album sans avoir gagné.

Et le fait de sortir l'album moins d'un an après ta sortie de l'émission, c'était une nécessité ?
Non, pas du tout, on l'a juste fait dans des délais qui nous semblaient corrects. L'album sort maintenant parce qu'il est fini maintenant. S'il avait été fini trois mois plus tôt, il serait sorti trois mois plus tôt, et si c'était plus tard, c'était pareil.

Ce n'était pas pour surfer sur l'image Nouvelle Star, ce qui pourrait paraître logique ?
Non, je ne pense pas. En tout cas, moi je ne l'ai pas fait dans cette logique.


« Il n'y a pas beaucoup de chansons sur l'album qui ont le format radio »
Sur l'album, tu as quand même écrit une chanson... mais en anglais. Pourquoi ?
J'ai vraiment choisi la solution de facilité dans le sens où des paroles en anglais, on ne les écoute pas vraiment, et si on les écoute, on ne comprend pas. Alors, à partir du moment où ça rime et que ça veut dire quelque chose en français, c'est bon ! En fait, je trouvais ça impersonnel de sortir un album à 17 ans seulement en tant qu'interprète, sans y mettre une vraie patte de moi. Après, en même temps, je n'ai pas écrit pour écrire. Mais comme à un moment, j'écoutais Lily Allen toute la journée dans ma tête, j'avais un morceau et un rythme en tête. Et quand je suis arrivée chez moi, je me suis dit que ce serait bien de le bosser. Au final, ça a donné "Little Monsters".

L'ambiance générale de l'album flirte avec l'esprit des sixties, dans un style un peu pop-folk, c'était ce que tu avais envie ?'
Non, pas spécialement. Mais ce qui est cool avec cet album, c'est qu'il est "variétés" au sens propre du terme, dans le sens où il y a un twist, du folk, des ballades, un peu de tout. C'est ce que j'aime. Toi, tu le décris comme "sixties", d'autres m'ont dit "seventies", d'autres "eighties", d'autres moderne, d'autres très ancien, d'autres très "piafesque". Il y a 20 000 références et c'est ce que j'aime là-dedans. C'était mon but, je voulais vraiment faire un mélange de pleins de choses.

Comment as-tu alors choisi le single qui lancerait l'album ?
Ça nous a semblé assez évident, parce que dans l'album, il n'y a pas vraiment de "singles". Il n'y a pas beaucoup de morceaux qui ont le format radio avec refrain, couplet, refrain, etc... Ça semblait un peu évident que ce soit "Non, Non, Non" parce que c'était un peu le seul morceau de l'album qui correspond.

Le fait que le titre soit "Non, Non, Non", c'est aussi un clin d'œil pour dire qu'on peut aussi arriver la où tu es en disant "Non", qu'on peut sortir d'une émission de télé-réalité sans être formaté ?
Ce n'était pas dans cette optique-là, mais effectivement, ça peut aussi être ça !


« Si je n'assumais pas l'image "Nouvelle Star, je n'y serais pas allée »
Pourquoi avoir choisi un titre éponyme pour ton album ?
En fait, on a pas mal réfléchi, on a beaucoup gambergé. Soit on prenait le titre d'une chanson de l'album, mais on n'a pas vu lequel on pouvait prendre. Soit on s'est dit éponyme, comme ça a finalement été le cas. Soit on prenait des mots qui n'étaient pas forcément dans l'album et on trouvait quelque chose. Mais je pense que c'est le genre de choses qu'on a sur le moment que ça ne sert à rien de chercher pendant des mois. Si on ne l'a pas, on ne l'a pas. Et puis, vu que j'ai un prénom plutôt rare - je ne connais pas beaucoup de monde qui s'appelle Camélia-Jordana - (rires), on a trouvé ça plus simple.

Tu sais qu'on te collera malgré tout l'étiquette Nouvelle Star.
Mais ça ne me dérange pas du tout d'avoir l'étiquette Nouvelle Star. Si je n'assumais pas cette image-là, je n'y serais pas allée.

Les premières critiques de l'album son plutôt bonnes, ça te rassure ?
Je suis plutôt soulagée de voir que la presse est quand même très bonne au niveau des critiques. Je suis vraiment très contente. Mais, à côté de ça, les journalistes ne sont pas les gens qui achètent les disques. Donc j'ai hâte que l'album sorte et que la première semaine soit passée pour voir ce que ça donne vraiment.

Tu ne crains pas que de trop bonnes critiques puissent braquer le public ?
Oui, aussi. Mais ça dépend surtout des goûts et des couleurs des gens.


« J'ai adoré l'album de Soan ! »
Pour toi l'album parfait, ce sont de très bonnes critiques ou un succès populaire ?
C'est un mélange des deux, je pense.

Donc entre une Victoire de la Musique et un disque d'or, tu prends quoi ?
C'est une bonne question... Je ne sais pas. Je crois que je prends les deux !

Soan, qui a gagné la Nouvelle Star l'année dernière, a déjà sorti son album et ça n'a pas très bien marché pour lui. Qu'as-tu pensé de son album ?
J'ai adoré. Je l'ai trouvé réussi et à son image, car c'est très bien écrit. J'ai rencontré son réalisateur qui est un mec super cool et ils ont vraiment fait du bon boulot tous les deux.


« Je reste en contact avec le jury, mais rien avec Sinclair »
Le fait que ça n'a pas marché malgré son statut de vainqueur de Nouvelle Star, ça ne t'inquiète pas ?
Non, je ne me pose pas de questions, j'évite d'y penser.

Et ses propos où il dit, par exemple, que "l'émission était de la merde", ça t'étonne ?
Je ne me sens pas vraiment concernée par ça. Moi, personnellement, je garde un très bon souvenir de la Nouvelle Star et de la tournée, donc je pense que c'est vraiment selon son vécu à lui.

Tu es restée en contact avec le jury ?
Oui ! Avec André Manoukian, bien sûr, puisque j'ai participé à une chanson de son nouvel album "So In Love" et c'était vraiment cool à faire. Lio m'a invité à Vivement Dimanche. Avec Philippe (Manoeuvre), on est toujours en contact, on s'envoie des petits textos de temps en temps. Mais rien avec Sinclair.

Et ils ont écouté ton album ?
André Manoukian, ça a l'air de lui plaire. Philippe Manoeuvre aime beaucoup. Il a dit qu'il aurait vu ça beaucoup plus soul, qu'il n'aurait pas fait ça, mais que ça lui plaisait quand même énormément. Et Lio, comme elle m'a invité chez Michel Drucker, j'en déduis que ça a dû lui plaire un petit peu...


« Marco Prince est super drôle, même si on n'a pas les mêmes goûts »
Tu as regardé le début de la nouvelle saison de Nouvelle Star ?
Oui, carrément ! Je trouve ça cool, il y a pleins de nouveaux décors. Marco Prince est super drôle, même si on n'a pas les mêmes goûts. Il défend parfois des gens dont je ne suis pas super fan, mais bon, c'est cool. Et c'est vrai que quand j'ai vu l'émission où ils sont passés dans ma région, j'étais un peu nostalgique. Ça m'a vraiment touché en fait de voir des nouveaux gens. Il n'y avait plus de gens de mon année, que je connaissais, avec qui on avait eu des relations proches et complices. Donc ça m'a vraiment touché, mais je vais continuer à regarder bien sûr.

On te verra sur le plateau d'un prime prochainement ?
Oui, normalement, je suis sensée aller à un prime. Je ne sais pas encore lequel, mais je dois y aller.

En lieu et place de Soan peut-être ?
Ça, je ne sais pas. J'espère qu'il ira. Ce serait cool quand même, j'aimerais bien qu'il vienne. De toute façon, je pense que s'il n'y va pas, je ne sais pas si j'irai. Je pense que j'aurais l'air un peu con quand même !


« Jamel Debbouze m'a appelé pour un projet de comédie musicale »
Une tournée en prévision ?
Oui, à partir du 12 avril, je serai tous les lundis au studio des Champs-Elysées jusqu'à début, voir mi-juin, en fonction du succès. Cet été, il y aura normalement deux ou trois festivals. Et à la rentrée 2010, à l'ouverture des théâtres vers octobre, on va commencer une tournée dans toute la France et on recommencera par Paris.

En un an, ta vie a complètement changé. C'est facile de garder les pieds sur terre ?
Oui, parce que j'ai quand même mes amis du Sud qui restent mes amis du Sud, j'ai ma famille qui m'entoure beaucoup. Je me suis fait de nouveaux amis sur Paris, qui ont de 16 à 42 ans, donc c'est très large et ça me permet de garder un certain équilibre justement.

Tu as quand même été approchée par des gens comme Jamel Debbouze...
Oui, c'est vrai ! En fait, Jamel m'a appelé, il avait un projet de comédie musicale et je l'intéressais par rapport à ça. Mais comme ça tombait l'année de l'album, ça n'était pas possible, ça n'était pas réalisable.


« La Ferme Célébrités ? Je ne comprends même pas comment, légalement, on ne peut pas faire arrêter cette émission »
Et si - ce que je ne te souhaite - l'album peine à rencontrer le succès, est-ce que tu serais prête, comme Miss Dominique par exemple, à aller dans une émission comme La Ferme Célébrités en Afrique ?
Ah, non, pas du tout... Une émission, il faut voir laquelle, mais La Ferme Célébrités, ça, jamais. C'est vraiment complètement ridicule. Tout le monde déteste cette émission alors pourquoi ils ne l'arrêtent pas ? Je trouve ça vulgaire et en plus de ça, presque raciste par rapport à l'Afrique. Ils en font une terre où tu les vois dire : « Eh, ça y est, on a trouvé de l'eau ! ». Non, mais sans déconner... C'est affolant. Je ne comprends même pas comment, légalement, on ne peut même pas faire arrêter cette émission.

Tu es une chanteuse dans le vent de sa génération - avec compte Twitter, Facebook, etc... - alors qu'est-ce qu'on peut trouver par exemple sur l'IPod de Camélia-Jordana ?
Ouh là... Il y a pas mal de trucs dedans ! C'est assez large. Ca va de Radiohead à Tom Waits en passant par Queen, Cure, Lilly Allen, Kate Nash, Coco Rosie, Alain Bashung, Serge Gainsbourg, Jacques Brel, Edith Piaf, Yael Naïm... J'essaye d'écouter pas mal de chose différentes !


« Il n'est jamais trop tôt pour parler d'un deuxième album ! »
Est-ce qu'il est déjà trop tôt pour parler d'un deuxième album ?
Non, il n'est jamais trop tôt ! (rires) J'ai quelques petites idées. J'espère m'investir un petit peu plus dans la composition, c'est vraiment un but pour moi.

Et des thèmes particuliers que tu as envie de traiter ou qui te touchent plus que d'autres ?
L'amour, la musique et le sommeil ?

Le sommeil ?
Oui, le sommeil ! (rires) Et la bouffe !

Ce sont donc ça les piliers de ta vie ?
Oui ! (rires) Mais l'amour, évidemment. Il n'y a rien de plus important que l'amour.

Et faire de la musique engagée ?
On n'y est pas encore...

C'est vrai tu n'as pas encore l'âge de voter...
Et oui, je n'aurai 18 ans qu'en septembre !

http://www.ozap.com/actu/interview-came ... rme/332030
Haut
Image

 MessagePublié: Lun Mars 29, 2010 5:34 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Le maître et l'élève brillante de «Nouvelle star» se retrouvent

A quelques jours d'intervalle, André Manoukian, l'éternel juré de l'émission de TV «Nouvelle star», et Camélia Jordana, la jeune femme de 17 ans qu'il a défendue avec passion lors de l'édition précédente du télé-crochet, sortent chacun un nouveau CD. Les deux vedettes reviennent ici sur leurs nouvelles productions et sur leur collaboration actuelle

Karine Vouillamoz - le 27 mars 2010, 21h20
Le Matin Dimanche


Oubliez les reprises de «What a Wonderful World» d'Armstrong que vous connaissez pour ne garder que celle de Camélia Jordana... C'est avec cette arme-là qu'elle a conquis les jurés de la «Nouvelle Star» l'an dernier.

Aujourd'hui, plus épanouie que jamais, elle débarque avec un premier album très attendu. Alliant esprit pop des sixties à des élans «piafesques», l'humour de Mathieu Boogaerts à l'excellence de Babx, le tout caressé par la voix presque irréelle de la jeune femme de 17 ans, ce «Camélia Jordana» ne peut qu'enchanter.

Votre premier album devrait profiter de votre énorme capital sympathie, non?
Oh, vous savez, j'ai vraiment entendu de tout sur mon compte. Que j'avais un gros nez, que j'étais grosse ou que je chantais comme une vache. Il y a vraiment des gens qui méprisaient ce que je faisais. Au début, j'hallucinais et puis j'ai compris que ceux qui commentaient sur Internet étaient de vrais haineux. Et puis il y a eu un mec qui a dit de mes chansons qu'elles étaient «formatées pour mieux vendre». J'ai été énervée pendant une semaine. Clairement, j'avais reçu 400 morceaux, vous imaginez bien qu'il y avait des tubes potentiels mais j'ai refusé de les chanter. On m'a dit: «Le succès est là!» Je suis allée dans la direction opposée. J'ai fait le choix de ne pas travailler avec certaines personnes pour travailler avec des mecs comme Babx, Mathieu Boogaerts ou Séverin.

Que raconte la pochette de ce disque?
Elle est symbolique, car chaque chose a une signification. L'arbre dénudé, c'est ce truc d'automne très nostalgique. Cet album parle principalement d'amour déçu. Il y a un côté très temporel et très intemporel au niveau des arrangements. On m'a dit que c'était très sixties, très seventies, très moderne, très ancien, très «piafesque», et à côté, très temporel dans le sens où c'est une image qu'on aurait mise en musique. Il est très significatif de l'état dans lequel j'étais au moment où j'ai choisi ces morceaux, avec le premier amour qui finit mal sinon c'est pas drôle, le cercle d'amis qui se redessine vu que je change de vie. J'ai grandi en sachant en me disant que notre vie est rythmée de ça et de musique.

Quel rôle a joué André Manoukian dans votre jeune carrière?
Tiens, je lui fais une bise! Il m'a appelée pour me proposer d'être sur son album. J'étais super contente de travailler avec lui, c'était très agréable. Son avis a compté énormément quand je me suis présentée au casting. Il a une très grande crédibilité dans le milieu du jazz. Sans sa présence tout au long de mon parcours, je pense que je ne serais pas là aujourd'hui.

Est-ce qu'on a tenté de vous imposer des choix pour cet album?
Pas du tout, il y a eu une véritable relation de confiance entre la maison de disques et moi. Tous se sont comportés de façon très classe en se disant qu'il fallait me laisser faire comme dans l'émission. Ils m'ont laissé libre totalement, c'est véridique, je n'ai eu aucune concession à faire.

Vous suivez encore la «Nouvelle Star»?
Oui, bien sûr, et ça m'a trop énervée. Je me suis dit «arrêtez les nouveaux là, barrez-vous», je suis presque jalouse (rires)! Je dis ça en plaisantant, mais il y a plein de nostalgie et ça me fait suer de savoir que d'autres vont prendre notre place.


Interview d'andré Manoukian


«Je suis en train d'embarquer mais tout va bien, ne vous inquiétez pas», nous rassure André Manoukian à l'autre bout du fil. Pas de souci, donc, pour évoquer la sortie toute prochaine de son nouvel album de jazz, «So in Love», qui réunit des standards américains qu'il a arrangés et «pianotés, et dont il a confié l'interprétation à de très jolies voix - Loane, Benjamin Siksou, Anaïs et Camélia Jordana, of course. Un album que le monsieur présentera le 10 avril sur la scène du Cully Jazz Festival. «C'est un vrai temple du jazz, une vraie Mecque, j'espère être à la hauteur!» nous souffle-t-il.

D'où est venue l'idée de ce «So in Love»?
On m'a dit un jour de faire l'album que j'avais envie d'écouter. Moi, j'avais envie d'un disque comme ça. Je voulais faire un album de Noël, de moments privilégiés où on revisite des chansons. C'est comme une espèce de trêve dans la guerre. Mon idée était de mettre les plus belles chansons d'amour faites par des compositeurs que j'adore, dont Burt Bacharach, Cole Porter, Gershwin. D'un côté, j'ai fait la liste des chansons que j'aimerais écouter, de l'autre, celle des artistes par lesquels j'aimerais les entendre.

Et vous les avez eus tous, ces artistes?
Non, certains sont morts, comme Sarah Vaughan, Ella Fitzgerald, Billie Holiday et Sinatra, c'était un peu difficile (rires). Donc j'ai pris des jeunes.

Parmi ces interprètes, il y a Camélia Jordana, qui a sorti son premier album. Vous l'avez écouté?
J'ai écouté quelques chansons et c'est vrai que je les adore. Je suis un inconditionnel de Camélia. Son single «Non non non» a du peps, du fun. C'est une môme de 17ans et je lui souhaite une grande carrière.

Elle dit qu'elle ne serait pas là sans vous aujourd'hui...
C'est gentil mais je pense que tôt ou tard, le talent rencontre le médium.

Vous vous amusez toujours autant dans le jury de la «Nouvelle Star»?
Oh oui, je m'amuse et j'ai de belles émotions musicales en même temps.

Cette année, il y a beaucoup de filles, comment ça s'explique?
Bon, ce n'est pas moi qui vais le regretter, au contraire. D'habitude, il y a plus de garçons car ils encaissent plus le choc des épreuves, qui sont terribles au théâtre. Les filles s'écroulent un peu plus. Maintenant, le renouvellement se fait par les jeunes, Camélia Jordana avait 16ans l'an dernier. Cette année, on a encore un môme de 16ans, c'est incroyable. C'est la culture Internet, ils ont beaucoup plus de culture musicale qu'autrefois. Les filles se masculinisent et les garçons se féminisent, on arrive à un truc assez sympa. C'est le comble de la beauté, c'est l'androgynie.

Vous sortez par ailleurs un livre, «Deleuze, Sheila et moi», paru aux Editions Calmann-Lévy. Vous auriez raté une vocation?
Non, je m'amuse avec ça, comme un musicien, je joue avec les mots. Peut-être qu'un jour je me lancerais dans un véritable roman. Il y a un petit sujet qui me tarabuste.

Je vais vous laisser, vous êtes en train d'embarquer pour des vacances, non?
Non, je vais parrainer une association humanitaire, «Coeur de gazelle», qui offre des soins aux nomades dans le désert marocain en suivant le Rallye des gazelles. Il y a quand même 200 nanas en perdition dans le désert, donc ça m'intéresse (rires)!




http://www.lematin.ch/loisirs/musique-c ... ent-255381
Haut
Image

 MessagePublié: Lun Mars 29, 2010 5:35 am 
Avatar du membre
Magicien des Mots

Inscrit le: 27 Juin 2005
Localisation: Liege, Belgique
Camélia Jordana, jeune fille en fleur
Par Gilles Médioni (L'Express), publié le 29/03/2010 à 10:22 - mis à jour le 29/03/2010 à 10:35


Candidate de la Nouvelle Star 2009, Camélia Jordana a fait sensation avec sa reprise de Heart of Glass, de Blondie, chantée avec des lames de rasoir dans la gorge. Pour son premier album, elle s'éloigne de la soul calibrée Amy Winehouse pour se glisser dans les morceaux pop ou yé-yé signés BabX, L, Jean Felzine (du groupe Mustang), AbEL K1 ou Matthieu Boogaerts. Que chante-t-on à 17 ans ? Des histoires de garçons et de filles de son âge qui préfèrent écouter Barbara que sortir le soir, Manhattan où il pleut des étoiles jaillies de comédies musicales ou des rodéos à la Calamity Jane, titre d'une des meilleures chansons du disque. Si Camélia Jordana montre son autorité dans les morceaux rythmés, les chansons lentes ne sont pas toujours convaincantes. Les textes à hauteur d'adolescence griffés par de grands stylistes comme BabX font de beaux costumes à la jeune interprète. Mais lorsqu'ils l'entraînent vers des complaintes de tragédiennes, de grandes amoureuses ou de filles perdues, l'entreprise vacille. Camélia Jordana n'est pas une torch-singer. Pas encore.

http://www.lexpress.fr/culture/musique/ ... 57615.html
Haut
Image

Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet  [ 91 messages ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5


Recherche dans le sujet:
Aller vers:  

© 2003-2018 Domaine Bleu enr.