Si on s'aimait

Votre lieu d'échanges concernant vos émissions de télé et feuilletons préférés diffusés au Québec.

Modérateur : Elise-Gisèle

Avatar de l’utilisateur
cacs
Manitou de la Parlotte
Messages : 1574
Inscription : mer. mai 06, 2009 10:51 am

Message par cacs »

DePassage a écrit : Quel avenir pour Si on s'aimait? Louise Sigouin publie une lettre ouverte et s'explique
Elle s'adresse aussi brièvement aux candidats qui ont formulé la plainte à l’Ordre.

Suite à la parution d'un article dans Le Devoir, nous apprenions que Louise Sigouin faisait l'objet d'une plainte de l’Ordre professionnel des sexologues du Québec.

Nous ne savions alors pas ce que cela signifiait pour la suite de la populaire émission Si on s'aimait.

Vendredi, Louise Sigouin a partagé une lettre ouverte dans le Journal de Montréal pour expliquer qu'elle se retirait de l’Ordre.

« Bien que l'issue de cette plainte ne puisse être connue à cette étape-ci et que je continuerai de faire face à cette plainte, je fais le choix de me retirer de l’Ordre professionnel des sexologues du Québec. Cette action m’apparait comme la seule solution possible qui me permettra de poursuivre mes engagements en toute sérénité envers les participants de la 4e saison de Si on s’aimait et envers Duo Productions, tout en réglant la situation avec l’Ordre.

Selon l’issue de la plainte, je prendrai une décision quant à la suite de mon appartenance avec l’Ordre, organisation que je considère importante et essentielle pour la protection du public. Mon appartenance à l'Ordre dans l'immédiat ne m'apparait pas nécessaire à la poursuite de mes activités dans le cadre de Si on s’aimait ou encore dans l'accompagnement que j'offre à mes clients », explique-t-elle.

Elle ajoute : « Je suis extrêmement reconnaissante du support de ma clientèle, des téléspectateurs, des lecteurs et des anciens participants et de l’appui indéfectible de Duo Productions, de TVA et Québecor Contenu dans cette situation.

Si des participants ont vécu le sentiment de ne pas avoir été accompagnés et supportés adéquatement durant leur passage à l’émission télévisée et ce malgré l’aide et les mesures mises en place, sachez que cela m’interpelle grandement. »

Ainsi, nous pourrons voir, comme prévu la 4e saison de Si on s’aimait la saison prochaine. Rappelons que TVA prépare également une édition spéciale, dont vous pouvez découvrir les détails ici (https://showbizz.net/tele/si-on-saimait ... fficulte-1).

Source : https://showbizz.net/tele/quel-avenir-p ... re-ouverte

Commentaire : Trouver qu'il n'est pas nécessaire de continuer sa pratique en restant membre de l'Ordre (organisme de surveillance des sexologues et de protection du public), ça ne la fait pas remonter dans mon estime du tout... :gluk:
Malheureusement elle a quand même un peu raison. Des coachs de vie et des pseudo thérapeute auto-proclamé il y en a beaucoup. On sait au moins qu'elle a le background et les études qu'il faut pour avoir fait partie de l'ordre à la base. Je pense que l'enjeu est plus large (faisant partie d'un ordre professionnel personnellement), l'image projetée est très importante pour les ordres. Donc qu'elle est failli ou non, je pense que le simple fait qu'elle fasse une émission de télé aussi publique lui nuit face à l'ordre. C'est comme dans tout, dans ton petit bureau privé, personne ne peut vraiment prouvé que tu as fais une erreur, à la télé c'est facile de sauter sur chaque petit détail. Par contre, je pense que leur processus de sélection devrait être améliorer et essayer de ne pas aller vers ceux qui sont plus fragiles. Mais pour Guillaume, aucune pitié, le gars voulait être une STAR. Ça vient avec son lot de risque ça. Parlez-en à Charles d'OD...
[color=#8000BF]He's not a man, but he is a legend. And is name is...The Doctor![/color]
Avatar de l’utilisateur
Malike
Administrateur
Messages : 39416
Inscription : mar. mars 15, 2005 1:00 am

Message par Malike »

cacs a écrit : [...]


Malheureusement elle a quand même un peu raison. Des coachs de vie et des pseudo thérapeute auto-proclamé il y en a beaucoup. On sait au moins qu'elle a le background et les études qu'il faut pour avoir fait partie de l'ordre à la base. Je pense que l'enjeu est plus large (faisant partie d'un ordre professionnel personnellement), l'image projetée est très importante pour les ordres. Donc qu'elle est failli ou non, je pense que le simple fait qu'elle fasse une émission de télé aussi publique lui nuit face à l'ordre. C'est comme dans tout, dans ton petit bureau privé, personne ne peut vraiment prouvé que tu as fais une erreur, à la télé c'est facile de sauter sur chaque petit détail. Par contre, je pense que leur processus de sélection devrait être améliorer et essayer de ne pas aller vers ceux qui sont plus fragiles. Mais pour Guillaume, aucune pitié, le gars voulait être une STAR. Ça vient avec son lot de risque ça. Parlez-en à Charles d'OD...
:jap: Je suis pas mal de ton avis. Puis au final elle aura acquis une notoriété inespérée, pas mal certaine qu’elle croule sous les demandes de consultation maintenant alors je ne pense que faire partie de son ordre professionnel soit si significatif rendu là pour la poursuite de sa carrière.
Qu'on se le dise : Chacun sa connerie!! - Claude Dubois ;)
Avatar de l’utilisateur
Nikki
Administrateur
Messages : 58087
Inscription : ven. févr. 03, 2006 1:00 am

Message par Nikki »

Par contre, le fait de ne plus faire partie de son ordre lui laisse quand même beaucoup de latitude pour ''faire n'importe quoi''. Je pense qu'elle n'est pas de même, mais j'hésiterais personnellement à consulter un professionnel qui ne fait pas partie de son ordre, car ils n'ont plus à répondre à un code déontologique établi par l'ordre..
Capuchino
Immortel du Domaine
Messages : 14632
Inscription : dim. avr. 19, 2009 4:08 pm

Message par Capuchino »

Selon moi si elle n'est pas membre d'un ordre professionnel elle ne pourra pas signer des reçus pour les assurances de ses clients.
Avatar de l’utilisateur
DePassage
Seigneur de la Causerie
Messages : 5129
Inscription : dim. mai 01, 2011 11:34 am

Message par DePassage »

Je trouve que c'est une question de professionnalisme que de faire partie d'un ordre professionnel (lorsque cela s'applique), car cela procure à sa clientèle des recours potentiels. En plus, en sexologie, on y aborde des sujets hautement intimes.

En n'étant plus membre de l'ordre, elle n'a plus le droit de s'annoncer comme étant sexologue ni de mener des activités que seuls les sexologues membres de l'ordre ont le droit de mener. Bref, elle ne devrait pas pouvoir continuer d'exercer sa profession, ni recevoir sa clientèle au même titre, sinon ça devient un exercice illégal (avec des conséquences importantes). Alors, visibilité ou pas, ce n'est plus comme sexologue qu'elle peut recevoir des clients, et ça ne peut pas non plus s'apparenter à de la psychothérapie, car cela aussi est encadré.

Par ailleurs, je ne sais pas si c'est encore comme ça, mais il existait des associations de "soins naturels" (ou autres désignations du genre) qui, lorsqu'on est membre, permettaient d'émettre des reçus qui peuvent être acceptés par les assurances. Donc, elle dispose peut-être d'alternatives pour ce qui est des reçus.
Avatar de l’utilisateur
DePassage
Seigneur de la Causerie
Messages : 5129
Inscription : dim. mai 01, 2011 11:34 am

Message par DePassage »

Regardez-vous la téléréalité au premier degré ?

Il y a deux méthodes d’absorption de téléréalité – ou de boissons sucrées commanditées, mais il s’agit d’un autre dossier.

Au deuxième degré, le téléspectateur s’ancre à L’île de l’amour pour râler contre les cure-dents mollasses que mâchouillent les colosses de Las Terrenas ou pour s’abreuver aux brillantes paroles d’Évangile d’Amanda, qui répète sans cesse que « la vie fait les choses ».

À travers le prisme du premier degré, vous croyez dur comme fer que tout problème conjugal se jugule en appliquant les cinq dualités de Louise Sigouin sur la plaie et vous pensez que les célibataires d’Occupation double trouveront vraiment l’amour – et non des abonnés Instagram – dans une mégamaison Bonneville.

Dans quel camp plantez-vous votre drapeau ? Sans surprise, je crèche au deuxième degré, celui du sarcasme piquant et de l’observation semi-méchante. C’est d’ailleurs la technique d’autodérision super efficace qu’emploient Jay Du Temple à OD et Mehdi Bousaidan à L’île de l’amour.

L’arrivée de Si on aimait à TVA – et son vernis pédagico-sexo-relationnel – a brouillé nos perceptions du genre docuréel, croit Pierre Barrette, directeur de l’École des médias de l’UQAM.

Dans le cadre d’un vaste projet de recherche de cinq ans sur la téléréalité, le professeur Pierre Barrette a analysé la troisième saison de Si on s’aimait, que TVA a relayée au printemps 2021. Pour vous rafraîchir la mémoire, c’est le célèbre chapitre des fraises moisies de Tim, du spectacle de cornemuse de Jean-François et du cours d’aqua-sirène de Dominic. Un pur bijou de télé, à mon avis.

Le spécialiste de la télé Pierre Barrette voit ces scènes (devenues classiques) d’un autre œil. « Ça m’a fasciné. Contrairement à Occupation double, Si on s’aimait n’est pas du tout dans la représentation ludique. »

« On est devant une émission qui fait la promotion d’un univers réel, avec de vraies personnes, qui vivent des relations réelles. Il y a une promesse d’authenticité dans les épisodes. J’ai été flabbergasté, car c’est l’émission la plus feinte que j’ai vue. On véhicule cette idée que c’est la réalité alors que c’est stagé », remarque Pierre Barrette, qui a présenté ses observations au congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas) tenu la semaine dernière.

Précision : Pierre Barrette ne fait pas ici référence aux séances de thérapie avec Louise Sigouin, mais bien aux ateliers de « roulage de sushis » ou de création de mandalas auxquels s’adonnent les couples, qui manquent souvent de naturel, nommons notre inconfort.

Dans Occupation double sur Noovo, il y a capitaine Twist, Lady Pagaille, un univers bling-bling, un chalet-loft à gagner et personne ne se prend au sérieux. Du côté de Si on s’aimait, la production se décarcasse pour « masquer la mise en scène », glisse le professeur Pierre Barrette.

« J’ai de l’empathie pour les téléspectateurs de Si on s’aimait, qui pensent qu’ils assistent à de véritables histoires d’amour et qui boivent les paroles de la sexologue comme un nectar de vérité. On nous vend l’émission comme une histoire vraie et authentique. J’ai un petit problème éthique avec ça. La plainte contre Louise Sigouin ne m’a pas étonné », poursuit M. Barrette.

Dans une lettre ouverte reproduite dans Le Journal de Montréal à la fin d’avril, Louise Sigouin a annoncé son retrait de l’Ordre professionnel des sexologues du Québec (OPSQ) à la suite d’une plainte qui a été déposée contre elle, la première en 30 ans de carrière, a-t-elle précisé. Les gestes spécifiques qui sont reprochés à la populaire sexologue de TVA n’ont pas été dévoilés.

Deux semaines plus tôt, Le Devoir a publié les témoignages anonymes de quatre ex-participants de Si on s’aimait qui estimaient que Louise Sigouin avait « failli à ses obligations déontologiques pour faire de la bonne télé ». Bon. J’enfile ici des gants blancs pour ne pas froisser ces quatre victimes de la vilaine docuréalité de TVA. Poursuivons.

J’ai souvent parlé au « leader » des quatre célibataires qui ont détesté leur passage à Si on s’aimait. Il poussait très fort pour que son histoire sorte dans les médias. Je peux le comprendre, car son image y a été égratignée. Il est un de ceux qui ont dénoncé Louise Sigouin à son ordre professionnel.

Mais à chacune de nos conversations, je lui reposais la question à 120 $ de l’heure : à quoi t’attendais-tu en t’inscrivant à une thérapie à laquelle assisteraient 800 000 téléspectateurs, du lundi au jeudi ? Pensais-tu sincèrement que d’apparaître dans une téléréalité Cupidon allait être plus efficace que d’amorcer une thérapie dans un cabinet professionnel ? Je veux dire, soyons sérieux.

C’est déjà hyper difficile de se confier à un psychologue, seul à seul, semaine après semaine. Maintenant, qui est assez kamikaze pour exposer son passé trouble, ses problèmes de consommation ou ses relations toxiques à TVA, en heure de grande écoute ? C’est courir après le trouble et les trolls, mettons.

Les cobayes de Si on s’aimait ne s’enrôlent pas pour l’argent, car ils ne reçoivent pas de paie de la production. Le font-ils pour la visibilité ? Pour la consultation gratuite avec Louise Sigouin ? Ou pour un mélange de ces deux options ?

La téléréalité existe depuis assez longtemps pour que ses futurs concurrents sachent que a) il y aura beaucoup de montage dans les épisodes, b) les moments les plus gênants détrôneront assurément ceux où ils ont l’air brillants et que c) les réseaux sociaux les dévoreront tout cru.

Une des quatre personnes citées dans Le Devoir, qui avait copieusement haï son expérience de Si on s’aimait, est retournée de son plein gré pour l’épisode des retrouvailles, qui a été inséré à la fin de la troisième saison. Ça me laisse perplexe.

Selon une source à TVA, la démission de Louise Sigouin de l’Ordre professionnel des sexologues du Québec ne change strictement rien à la survie de Si on s’aimait. Le tournage de la quatrième saison a été bouclé et sa diffusion est prévue en janvier 2023. Il n’a pas été possible de parler avec Louise Sigouin, l’Ordre professionnel des sexologues du Québec ou la productrice de Si on s’aimait, Anne Boyer, de Duo Productions.

Voilà une fâcheuse situation qui me fait sentir solitaire, dépendant et émotif.

Source, Hugo Dumas, La Presse : https://www.lapresse.ca/arts/chroniques ... -degre.php
Avatar de l’utilisateur
Anya
Intronisé au Panthéon
Messages : 39058
Inscription : mer. janv. 28, 2009 1:52 pm

Message par Anya »

Controverse Si on s'aimait : TVA et Guillaume Lemay-Thivierge s'expriment sur la situation
« Il y a eu beaucoup plus de positifs que de négatif ».

Image

En avril dernier, Le Devoir faisait paraître un article sur la sexologue Louise Sigouin. Dans celui-ci, on indiquait que d'anciens candidats de l'émission Si on s'aimait avaient fait une plainte à l’Ordre professionnel des sexologues du Québec en lien avec leur participation au docuréalité de TVA.

Louise Sigouin a pris la parole deux semaines plus tard pour indiquer qu'elle se retirait de l'Ordre.

Nous avons discuté avec Denis Dubois, vice-président aux contenus originaux chez Québecor Contenu, de la situation.

« Pour nous, ça n'a rien changé », nous dit-il. « Louise a continué à faire le même travail. Nous, nous n'avions rien à reprocher, ni à la production, ni à Louise. Nous nous sommes assurés que Louise était bien là-dedans et que les participants - parce que nous étions en cours de tournage - étaient bien aussi. On a expliqué la situation aux gens et tout le monde a continué l'aventure malgré tout. Il n'y a pas eu d'enjeux. Louise s'est retirée de l'Ordre des sexologues, donc elle avait plus de liberté. »

Comme on se l'imagine bien, ce ne fut pas une période facile pour la thérapeute. « On a pris soin d'elle », indique-t-il. « On lui a apporté le soutien dont elle avait besoin. »

« Ce qui a porté à confusion dans les gens qui ont porté plainte (et la plainte, nous ne l'avons jamais eu d'ailleurs), c'est l'oreillette, mais on fait de la télévision, donc tous nos animateurs ont des oreillettes. C'est peut-être la mauvaise perception, les gens croyaient qu'on lui dictait quoi dire », ajoute-t-il. « Sinon, après ça, c'est un docuréalité. Donc, quand on accepte de passer là-dedans, ça se peut que parfois on ne soit pas fier de [ce qu'on y voit]. Mais, pour nous, on est très fier de ce produit-là, il marche très bien, on reçoit beaucoup de commentaires positifs des gens du public. Il y a eu beaucoup plus de positifs que de négatif. Mais, c'est l'être des réseaux sociaux.... »

Guillaume Lemay-Thivierge, qui anime le docuréalité avec sa conjointe Emily Bégin, indique à ce sujet : « On a envoyé un texto ou deux à Louise, pour lui dire "tu traverses une petite période, je sais c'est quoi, fais-toi en pas, tu vas ressortir gagnante de ça". C'est une personne exceptionnelle, qui a aidé tellement de monde. C'est très typique de l'humanité en général. Quelqu'un qui arrive, qui sort un peu trop du lot, si tu sauves quelqu'un, tu te sens bien. Mais si tu dépasses un peu trop, par ta brillance, par son éloquence, par une humanité déboussolante que tu n'as peut-être pas toi dans la vie, on sort les crocs. »

Il ajoute : « Je suis content de ce qui s'est passé pour elle parce que, à mes yeux, ce n'est que mon opinion, elle s'est libérée. C'est une femme qui fonctionne avec un background, une expérience et avec un instinct du tonnerre. Des fois, d'être dans un cadre, l'instinct est obligé de se tasser un peu. »

Denis Dubois ajoute à propos des tournages : « Nous sommes en tournage actuellement de Si on s'aimait encore. L'approche est la même, mais on s'intéresse à des couples qui sont à un moment de leur vie où s'est difficile et qui ont le goût de se donner une deuxième chance. On fait quelques petits changements, mais ça reste la même formule. Mais, cette fois Guillaume et Emily ne seront pas dans le salon. »

Pour le moment, aucune date n'est annoncée pour la diffusion des prochaines saisons de Si on s'aimait.
Avatar de l’utilisateur
DePassage
Seigneur de la Causerie
Messages : 5129
Inscription : dim. mai 01, 2011 11:34 am

Message par DePassage »

Ce n'est pas rassurant, selon moi, que la thérapeute se sente libérée... Elle va pouvoir y aller avec encore plus de recettes toute faites et de coins tournés ronds? :gluk:
Avatar de l’utilisateur
Anya
Intronisé au Panthéon
Messages : 39058
Inscription : mer. janv. 28, 2009 1:52 pm

Message par Anya »

La sexologue de Si On S’Aimait, Louise Sigouin, vient de plaider coupable

Image

L’émission Si on s’aimait a particulièrement créé de l’émoi chez les téléspectateurs en 2021…

En avril dernier, l’Ordre professionnel des sexologues du Québec avait annoncé avoir mis sous enquête la sexologue Louise Sigouin. Celle-ci aurait failli à son code de déontologie. Cette enquête a été lancée à la demande d’anciens candidats et de téléspectateurs de l’émission en question.

En effet, Louise Sigouin avait été visée par plusieurs chefs qui ont été déposés à son ordre professionnel. C’est enfin aujourd’hui, le mardi 24 janvier, elle a plaidé coupable, devant le juge.

Louise Sigouin avait récemment décidé de se retirer de l’Ordre professionnel des sexologues du Québec suite aux plaintes.

Voici la déclaration qu’elle a faite à cet effet :

« J’ai tenu à faire les démarches auprès de l’Ordre afin de respecter mes obligations déontologiques considérant que ce projet était totalement inédit et novateur.

Bien que l’issue de cette plainte ne puisse être connue à cette étape-ci et que je continuerai de faire face à cette plainte, je fais le choix de me retirer de l’Ordre professionnel des sexologues du Québec. Cette action m’apparait comme la seule solution possible qui me permettra de poursuivre mes engagements en toute sérénité envers les participants de la 4e saison de Si on s’aimait et envers Duo Productions, tout en réglant la situation avec l’Ordre. »


Ce ne sont quatre anciens candidats de l’émission qui ont choisi de témoigner. Ils étaient tous couverts de l’anonymat. Deux de ces candidats ont même avoué avoir eu des pensées suicidaires…

Louise Sigouin a été lourdement affectée par la situation concernant les plaintes des candidats.

« Si des participants ont vécu le sentiment de ne pas avoir été accompagnés et supportés adéquatement durant leur passage à l’émission télévisée, et ce malgré l’aide et les mesures mises en place, sachez que cela m’interpelle grandement. »

Suite à son aveu de culpabilité, l’avocat de Louise Sigouin affirme que celle-ci ne prévoit pas se réinscrire à l’ordre.
Avatar de l’utilisateur
Anya
Intronisé au Panthéon
Messages : 39058
Inscription : mer. janv. 28, 2009 1:52 pm

Message par Anya »

Un lieu de tournage particulier pour Émily et Guillaume dans Si on s’aimait encore
« Il va y avoir encore plus de proximité... »

Image

Les inconditionnels de Si on s’aimait en auront pour leur argent dans la prochaine année. En plus de la quatrième saison du populaire docuréalité – enregistrée l’été dernier, et dont on devrait connaître bientôt la date de diffusion à TVA –, une édition « hors série » intitulée Si on s’aimait encore, qui viendra en aide à des couples déjà formés, est entrée en production.

Le tandem Guillaume Lemay-Thivierge – Émily Bégin demeure toujours à la barre de Si on s’aimait 4 (qui soutiendra encore des célibataires dans leur quête de l’âme soeur) et de Si on s’aimait encore.

La portion des tournages des narrations de Guillaume et Émily dans ce dernier projet s’est amorcée il y a quelques jours. Et, histoire de bien distinguer les deux émissions, les segments des commentaires des deux artistes dans Si on s’aimait encore ne sont pas filmés en studio, dans le décor de salon de Si on s’aimait qu’on connaît déjà bien.

Dans Si on s’aimait encore, le duo Lemay-Thivierge-Bégin prend plutôt place… dans sa propre chambre à coucher! Les amoureux, qui nous offrent déjà une grande incursion dans leur intimité dans ce projet sur la plateforme Vrai, s’imposent ainsi un peu le même exercice que vivent les participants à l’expérience proposée par l’experte en accompagnement relationnel Louise Sigouin. C’est-à-dire, s’exposer sans fard à la caméra.

« Il va y avoir encore plus de proximité », a spécifié Émily Bégin à Showbizz.net, mentionnant au passage que le fait d’observer des thérapies de couple dans Si on s’aimait encore, plutôt qu’individuelles dans Si on s’aimait, changera peut-être un peu le ton de leurs interventions, à Guillaume et elle.

« Bien sûr, on reste toujours dans le respect envers les participants, mais on utilise notre expérience de couple. La production nous a dit de ne pas nous gêner! »

« Il paraît que c’est merveilleux, que c’est touchant, c’est drôle, et on va en brailler une "shot" parce qu’on se retrouve là-dedans. Les couples sont généreux; avec eux, on entre dans leurs problèmes, dans le nerf de leurs tourments émotifs », a souligné Émily, pendant que son homme opinait à ses côtés.

« Ce sont de vrais couples, et on est un vrai couple. Peut-être que quelque chose se jouera différemment un peu », a noté Guillaume Lemay-Thivierge.

Guillaume Lemay Thivierge sera également à la barre d’une troisième saison de Chanteurs masqués l’automne prochain, à TVA, et il célèbre cette année les 22 ans d’existence de son école de parachutisme, Voltige.
Avatar de l’utilisateur
vampirella
Immortel du Domaine
Messages : 14440
Inscription : mar. avr. 29, 2003 12:00 am

Re: Si on s'aimait

Message par vampirella »

l'experte en accompagnement relationnel Louise Sigouin...... tient elle n'est plus sexologue :P
Avatar de l’utilisateur
DePassage
Seigneur de la Causerie
Messages : 5129
Inscription : dim. mai 01, 2011 11:34 am

Message par DePassage »

vampirella a écrit : l'experte en accompagnement relationnel Louise Sigouin...... tient elle n'est plus sexologue :P
Non, elle a quitté l'ordre. Si ça n'a pas changé dernièrement, le fait de ne plus être membre de l'Ordre des sexologues, ça lui enlève le droit d'agir aussi en tant que psychothérapeute, donc de faire de la psychothérapie. Elle doit maintenant faire gaffe à ne pas être accusée de pratique illégale de la psychothérapie (ce qui est surveillé par l'Ordre des psychologues). Ces contraintes, ça donne lieu à toutes sortes de titres créatifs, mais si elle n'a pas changé sa manière d'interagir avec ses clients, je ne serai pas surprise le jour où des mécontents abattront cette dernière carte.
Avatar de l’utilisateur
Anya
Intronisé au Panthéon
Messages : 39058
Inscription : mer. janv. 28, 2009 1:52 pm

Message par Anya »

Voici quand Si on s'aimait encore sera enfin de retour à la télé

Image

Si on s'aimait sera de retour en ondes.

TVA présentera son spécial couple avant sa prochaine saison régulière.

Si on s'aimait encore sera diffusé du lundi au jeudi à 19h, dès le 1er mai. Les animateurs Guillaume Lemay-Thivierge et Émily Bégin nous avaient laissé savoir que leur décor ne serait pas exactement le même pour cette version dérivée de Si on s'aimait.

Dans un concept revisité, Louise Sigouin viendra en aide à quatre couples qui sont à un point tournant de leur relation. Ceux-ci sont déterminés à régler des enjeux qui minent leur quotidien. Manque de communication, charge mentale, problèmes sexuels, aucun sujet n’est tabou. À travers une expérience unique, ils sont invités à identifier leurs patterns relationnels et à évoluer afin de briser un cycle d'insatisfaction amoureuse.

Voyez la bande-annonce:
https://www.instagram.com/p/CqIJgSVvAgi ... atch_again
Avatar de l’utilisateur
Anya
Intronisé au Panthéon
Messages : 39058
Inscription : mer. janv. 28, 2009 1:52 pm

Message par Anya »

Controverse : La production de Si on s’aimait à la défense de Louise Sigouin
Il y avait un abcès à crever lors du visionnement de presse de Si on s’aimait encore, et la production ne s’est pas défilée.

Image

Il y avait un abcès à crever lors du visionnement de presse de Si on s’aimait encore, jeudi, à TVA, et la production n’a pas fait de détours pour l’éviter en table ronde avec les journalistes.

Rappelons les faits : en avril 2022, le quotidien Le Devoir révélait que Louise Sigouin, vedette du docu-réalité Si on s’aimait depuis 2020, faisait l’objet d’une enquête de l’Ordre professionnel des sexologues du Québec (OPSQ) pour avoir failli à son code de déontologie. Le Devoir avait parlé, sous le sceau de la confidentialité, à quatre participants des trois saisons de Si on s’aimait (diffusées au printemps 2020, et au printemps et à l’automne 2021, à TVA), qui considéraient que Louise Sigouin avait « failli à ses obligations déontologiques pour faire de la "bonne télé" », indiquait le journal.

Rappelons que la dernière saison de Si on s’aimait ralliait un auditoire moyen de 824 500 téléspectateurs, et que les cotes d’écoute des trois chapitres cumulées s’élèvent à une moyenne de 2,2 millions de personnes. Deux livres et un jeu de cartes sont également dérivés de la franchise.

Un an plus tard, en avril 2023, Le Devoir effectuait un suivi de l’affaire, annonçant que Louise Sigouin avait été officiellement condamnée par l’OPSQ à une amende de 35 000 $ et à une suspension de six mois pour avoir enfreint son code de déontologie. Louise Sigouin a volontairement quitté l’OPSQ en mai dernier – ce qui fait qu’elle ne porte plus le titre de « sexologue » dans sa pratique, ni à Si on s’aimait, où on lui accole plutôt l’appellation d’« experte en accompagnement relationnel » – et a plaidé coupable, a spécifié Le Devoir, aux neuf chefs d’accusation qui pesaient contre elle, relativement à deux plaintes qui la visaient.

Toute la gomme avait donc été déployée au visionnement de presse de Si on s’aimait encore – qui viendra en aide à cinq couples en difficulté à compter du 1er mai – dans un studio de TVA, pour rassurer la galerie. On avait invité à l’événement les candidats de cette nouvelle déclinaison du concept, tous heureux et disposés à s’adresser aux médias, et tant le producteur Duo Productions que TVA ont réitéré que cet épisode difficile est maintenant « derrière » eux.

« Il n’y a pas d’abcès », a martelé la productrice Anne Boyer. « Louise continue le même travail. Elle n’est plus sexologue, mais Louise a pratiqué presque 13 ans avant l’arrivée de l’Ordre [OPSQ] et elle pratique depuis 30 ans. On s’est rendu compte – et on ne le savait pas – que certaines choses qu’elle fait sur "Si on s’aimait" sont incompatibles avec son code de déontologie, l’aspect le plus évident étant celui de la confidentialité. Louise a reconnu la culpabilité, elle a réglé ça, et elle repart à neuf, comme experte en accompagnement relationnel. C’est vraiment, pour nous, une page de tournée. Louise continue son travail pareil. »

Est-ce que les plaintes des anciens participants rapportées par Le Devoir, voulant, entre autres, que Louise Sigouin les « dénigrait » pendant le tournage, ou que la production soit intervenue au détriment de leur bien-être pour offrir un bon spectacle, ou que leur image avait été déformée à l’écran, sont fondées? Est-ce que tout est vraiment mis en œuvre, pendant les enregistrements de Si on s’aimait, pour favoriser l’expérience positive des candidats?

Est-ce que les plaintes des anciens participants rapportées par Le Devoir, voulant, entre autres, que Louise Sigouin les « dénigrait » pendant le tournage, ou que la production soit intervenue au détriment de leur bien-être pour offrir un bon spectacle, ou que leur image avait été déformée à l’écran, sont fondées? Est-ce que tout est vraiment mis en œuvre, pendant les enregistrements de Si on s’aimait, pour favoriser l’expérience positive des candidats?

« Il n’y a rien eu de fait pour préjudicier les gens », a maintenu Anne Boyer, qui soutient que les reproches des plaignants trouvent probablement racine davantage dans une perception d’eux-mêmes qu’ils n’ont pas aimée en se regardant à l’écran, et dans les réactions découlantes sur les réseaux sociaux. « Quand tu te vois à la télé, peut-être que le choc peut être plus grand pour certains ».

« Je trouve ça dommage, parce qu’on a traité tout le monde avec la même bienveillance », a-t-elle ajouté. « C’est vraiment au centre de nos préoccupations. Il y en a qui l’ont mal vécu. Bon… Nous, on a mis en place mille choses, depuis l’an un, pour prendre soin des participants. Maintenant, une fois que la diffusion est commencée, quand ils voient les réactions des gens, je pense que c’est ça, qui a été difficile. Mais tous les tournages ont été faits avec la même bienveillance. On ne l’a pas été moins à l’an un, ou l’an deux, que maintenant; on a été bienveillants de la même façon pour tout le monde. »

À tout moment, les participants de Si on s’aimait peuvent décider de quitter le bateau, a juré Anne Boyer, et ce, malgré les contrats évoqués dans certaines plaintes. Et si un candidat n’est pas à l’aise avec un « devoir » imposé par Louise Sigouin dans le cadre de la démarche, il a la possibilité de le refuser.

« Bien sûr qu’on signe des contrats, on fait de la télé. Mais tous les participants qui ont choisi de quitter l’aventure, ont quitté l’aventure. Tous. La seule affaire qu’on leur demandait, c’était de faire un dernier tournage pour conclure. On fait de la télé! Mais personne n’est resté là de force, jamais. Même pour le bien-être de notre série, on ne pourrait pas avoir quelqu’un gardé de force. »

« Pour nous, c’est autant du contenu si un participant refuse de faire un exercice », a complété le réalisateur Dominic Robert.

Duo Productions – qui dit ne pas avoir voulu s’embarquer dans un procès contre les ex-participants qui ont dénoncé, et qui ne souhaite « basher » personne sur la place publique – et TVA ont rappelé que, sur la quarantaine de volontaires passés par Si on s’aimait, seulement deux ou trois ont exprimé des doléances. Et que, du lot de satisfaits, Vicky, Sébastien et Jonathan se sont portés à la défense de l’émission dans la tempête sur les réseaux sociaux. De plus, le tapage médiatique n’aurait pas eu d’incidence sur le nombre d’inscriptions pour les éditions subséquentes de Si on s’aimait.

« La personne qui fait le plus de tapage a adoré se voir. On lui a présenté l’intégralité de ses épisodes, et il était ultra content. À la diffusion, devant les réactions du public, c’est là que ç’a dérangé... », a souligné le réalisateur Dominic Robert, avant d’être approuvé par la productrice Anne Boyer : « Il nous a remerciés. On a des courriels de lui disant : "Si vous voulez que je revienne, je vais revenir, je suis tellement content…" Mais quand il a vu les commentaires sur lui sur les réseaux sociaux, là, il n’a pas aimé ça. Nous, on n’a pas de contrôle là-dessus. »

« On n’a pas le goût d’embarquer dans un cirque médiatique, ça ne nous tente pas », a terminé Anne Boyer. « On aime mieux se concentrer sur ce qu’on fait de bon, et ce que les gens aiment de l’émission. La bienveillance est au coeur [de la démarche] depuis le début. On a été extrêmement présents pour tout le monde, on a passé des heures et des heures au téléphone pour les rassurer, les aider, leur donner du soutien, et on a payé des séances chez le psychologue. C’est au coeur de nos préoccupations. »

La production affirme en outre que jamais le retour de Si on s'aimait n'a été remis en question malgré l'affaire.

Si on s’aimait encore – qui précédera la prochaine édition de Si on s’aimait avec des célibataires, qui sera diffusée voici quand – prendra l’antenne de TVA le lundi 1er mai, à 19 h.
Avatar de l’utilisateur
Anya
Intronisé au Panthéon
Messages : 39058
Inscription : mer. janv. 28, 2009 1:52 pm

Message par Anya »

Si on s’aimait encore Louise Sigouin est dans le jus !
Hugo Dumas

Jetez fraises moisies et salade noircie à la Tim, portez vos casquettes à l’envers façon Carlos et répétez vos faces de jugement à la Marie-Denise, car la secte des adeptes de Si on s’aimait se réunit dès lundi à 19 h, sur les ondes de TVA, pour incanter et vénérer la connexion au monde émotif.

Et grande nouveauté ce printemps : la populaire docuréalité se métamorphose en formule spéciale Si on s’aimait encore, qui ne suit plus des célibataires en quête d’amour, mais bien des couples sur le point d’éclater, après des années de communication boiteuse.

Notre célèbre papesse des cinq dualités, la très investie Louise Sigouin, hérite de cinq cas bien lourds, soyons honnête, qu’elle épaulera pendant six semaines. Tous ces couples en crise frôlent l’explosion, particulièrement celui formé par la comptable Nathalie, 50 ans, et son conjoint cuisinier Pierre, 56 ans.

Dans le bureau plus chaleureux et chic de Louise Sigouin, Nathalie et Pierre révèlent à la thérapeute vedette de gros morceaux de leur vie intime, ce qui donne des moments de télé croustillants et intenses, évidemment. J’ai tout aimé, vous vous en doutez.

Par exemple, Nathalie, obsédée par son chien Hector, se dit frustrée sexuellement depuis 32 ans, soit la durée complète de son mariage avec Pierre, qu’elle a rencontré sur les ondes de la radio amateur (le bon vieux CB), puis au Dunkin Donuts. D’humeur négative, c’est un euphémisme, Nathalie rabaisse constamment Pierre, elle l’infantilise et l’ensevelit de reproches. Louise Sigouin décrit d’ailleurs Nathalie comme un petit chihuahua qui jappe, et c’est assez juste comme remarque.

Suite de l'article...
https://www.lapresse.ca/arts/chroniques ... le-jus.php
Avatar de l’utilisateur
titine
Immortel du Domaine
Messages : 24959
Inscription : mar. nov. 25, 2003 1:00 am

Message par titine »

ça promet , comment du monde aime passer à la télé pour en plus révéler des choses intimes :sarcastic:
Avatar de l’utilisateur
titine
Immortel du Domaine
Messages : 24959
Inscription : mar. nov. 25, 2003 1:00 am

Message par titine »

C'est ce soir , j'en ai écouté des bouts ça va être spécial.
Avatar de l’utilisateur
Malike
Administrateur
Messages : 39416
Inscription : mar. mars 15, 2005 1:00 am

Message par Malike »

Oui j'ai vu aussi. :crazy: Je ne comprends pas comment on peut avoir le goût d'exposer l'intimité de son couple aux yeux de tous. C'est bien beau nous on ne les connais pas mais ils ont des gens autour qui les fréquentent, avec qui ils travaillent, etc... :gla: La fille qui dit qu'elle est frustrée sexuellement depuis 32 ans et qui dit à son chum de lui mettre un sac sur la tête si il n'a pas de désir pour elle. Ishhh :gla:
Qu'on se le dise : Chacun sa connerie!! - Claude Dubois ;)
Avatar de l’utilisateur
NainDeJardin
Immortel du Domaine
Messages : 19511
Inscription : jeu. oct. 30, 2003 1:00 am

Message par NainDeJardin »

Moi non plus je ne comprends pas de s’exposer comme ça. C’est pas du petit détail sur ta vie. Ça offre beaucoup de matière à jugements.
Guillaume
Immortel du Domaine
Messages : 14601
Inscription : mar. sept. 21, 2004 12:00 am

Message par Guillaume »

Malike a écrit : Oui j'ai vu aussi. :crazy: Je ne comprends pas comment on peut avoir le goût d'exposer l'intimité de son couple aux yeux de tous. C'est bien beau nous on ne les connais pas mais ils ont des gens autour qui les fréquentent, avec qui ils travaillent, etc... :gla: La fille qui dit qu'elle est frustrée sexuellement depuis 32 ans et qui dit à son chum de lui mettre un sac sur la tête si il n'a pas de désir pour elle. Ishhh :gla:
Non mais tsé un moment donné elle n'est pas en prison non plus... Va voir ailleurs rendu à ton âge ou demande d'aller voir ailleurs.

Le monsieur a pas beaucoup de fierté non plus...
Répondre

Revenir à « LA BOÎTE NOIRE »